ORGANISATION D’ÉLECTIONS DÉMOCRATIQUES AU BÉNIN DEPUIS 1991 A CE JOUR : Cet acquis de la conférence conservé, mais…

2 ans ago | Written by
19 503 vues
0 0

Les années 1986 à 1989 ont été marquées au Bénin par une crise économique, financière, sociale et politique qui a secoué le pays et entaché la légitimité du président feu Mathieu Kérékou venu au pouvoir par un coup d’État. Ainsi, sous la pression du peuple, le comité central du Prpb de Kérékou, le gouvernement et le comité permanent de l’Assemblée nationale révolutionnaire ont décidé de l’organisation des assises nationales. D’où la tenue en 1990 et précisément du 19 au 28 février 1990, de la conférence des forces vives de la Nation à l’hôtel Plm Aledjo à Cotonou. Un moment historique qui a permis au Bénin d’être sur le toit du monde. Cette conférence a été l’occasion pour les différentes forces vives du pays de mettre de côté leurs divergences politiques pour trouver des solutions à la crise qui secouait le Bénin.

Ainsi, plusieurs résolutions ont été prises au cours de ces assises nationales dans plusieurs domaines, dont la politique pour la bonne marche du pays. C’est alors qu’est née la constitution de 1990 qui était considérée comme ‘’la bible’’ qui devait guider les gouvernants dans la gestion du pays.

L’organisation d’élections démocratiques, un acquis de la conférence nationale conservé, mais… 

La tenue de la conférence des forces vives de la Nation a sonné la fin du régime marxiste-léniniste du général Mathieu Kérékou et un nouveau départ pour le Bénin en matière de démocratie. Ainsi, un an après la conférence nationale soit en 1991, le pays a organisé sa première élection démocratique. Un scrutin qui a couronné Nicéphore Dieudonné Soglo premier président du Bénin démocratique devant son challenger Mathieu Kérékou. Trente-deux ans après cette conférence nationale, le Bénin continue d’étonner le monde avec l’organisation d’élections démocratiques. De Nicéphore Soglo en passant par Mathieu Kérékou, Boni Yayi et Patrice Talon aujourd’hui, les Béninois n’ont jamais manqué à cette messe électorale. L’on peut alors dire que le basculement au système démocratique est l’un des meilleurs héritages légués par les pionniers de la conférence nationale au peuple béninois.

Cependant, des efforts restent encore à faire pour des élections libres et transparentes. C’est ce qui permettra au pays de retrouver sa place d’antan en matière de démocratie exemplaire.

Samira ZAKARI

Article Categories:
A la une · Nationale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru