POUR UNE MEILLEURE GESTION DES AFFAIRES FONCIÈRES DANS LE BORGOU : L’Adecob outille les principaux acteurs

3 ans ago | Written by
11 008 vues
0 0

Un hôtel de Komiguéa dans la commune de N’Dali a servi de cadre, le jeudi 4 octobre 2021, à un atelier de réflexion sur la gestion des affaires foncières dans le département du Borgou. Cette séance a été organisée par l’Association pour le Développement des Communes du Borgou (Adecob) en partenariat avec la coopération allemande Giz à travers son projet de Promotion d’une Politique Foncière Responsable (Propfr). Les travaux se sont déroulés en présence du vice-président de l’Adécob Tidjani Bani Chabi, du conseiller technique société-civil et communes du Propfr, Prudence M’po, du représentant du préfet du Borgou Roméo Mouyoré, des différents acteurs intervenant dans l’élevage, l’agriculture, du foncier et bien d’autres.

Daniel KOUAGOU

Attirer l’attention de tous les usagers de la terre sur les enjeux et défis de ressource qui n’augmente pas avec l’évolution de la population et qui demeure le premier facteur de production pour l’agriculture, l’élevage, l’urbanisme, l’aménagiste des routes et pistes. C’est l’objectif général de cette séance d’échanges et de réflexion qui s’inscrit dans le cadre de la semaine du foncier qui a pour thème, « le Foncier : premier facteur du développement économique locale dans le Borgou ».

Dans son intervention, le vice-président de l’Adecob Bani Chabi Tidjani et maire de Kalalé, a souligné l’importance de la maîtrise des questions foncières dans le département du Borgou, où la majorité des populations est essentiellement agricole. « La population du Borgou est à plus de 80% agricole, ce qui indique que nous avons des agriculteurs et des éleveurs qui utilisent tous ensemble le facteur foncier pour le développement de leurs différentes activités et de surcroît le développement du Borgou. De plus, dans le Borgou nous avons une croissance démographique qui est au-dessus de la moyenne nationale, une croissance dont l’un des facteurs favorable est la migration du colon agricole à la recherche des terres cultivables dans un département peu dense », a-t-il fait savoir. A l’en croire, la question du foncier est une grande préoccupation pour l’Adecob et ses communes membres, clairement exprimée dans son plan stratégique 2021-2025. Il a, pour finir, exprimé toutes ses profondes gratitudes et reconnaissances à l’endroit des différents partenaires financiers et techniques (Pft) notamment la coopération allemande à travers le Profpr/Giz qui soutient l’Adecob dans le domaine de la sécurisation foncière.

Pour le représentant du Propfr Prudence M’po, la terre est la ressource primordiale pour le développement des territoires. Elle est également indispensable pour l’agriculture, l’élevage, la pêche, l’habitat et bien d’autres besoins de l’homme. « La gestion du foncier paraît comme un enjeu majeur du développement social, économique, politique, culturel, cultuel et même environnemental. Le développement des territoires renvoie implicitement à des questions foncières, ce qui veut dire qu’on ne peut entrevoir le développement sans la maîtrise du foncier, d’où l’importance d’accorder une attention singulière à la question du foncier », a-t-il souligné.

De son côté, le représentant du préfet du Borgou, Roméo Mouyoré a félicité l’Adecob et tous les acteurs qui se préoccupent ardemment de la bonne gestion des affaires du foncier dans le Borgou et par conséquent, le développement du département. Ainsi, il a réitéré le soutien et l’engagement de l’autorité préfectorale pour la concrétisation de ce noble projet pour le bonheur des populations.

Au terme de ces travaux très enrichissants, les participants ont pris l’engagement de restituer les informations reçues aux populations pour une bonne gestion des affaires foncières dans le Borgou.

Article Categories:
A la une · Au cœur des communes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru