PRÉSERVATION DE LA PAIX POUR LA PRÉSIDENTIELLE PROCHAINE : Les mises en garde du ministre Orounla aux fauteurs de troubles

3 ans ago | Written by
15 045 vues
0 0

 

Le Bénin traverse depuis un moment, une période très sensible marquée par l’élection présidentielle du 11 avril 2021. Ainsi, le gouvernement béninois comme le veut son chef Patrice Talon, entend mettre tout en œuvre pour que la période électorale soit un moment de fête et de paix. Des stratégies sont, pour cela, en train d’être mises en œuvre, pour décourager les fauteurs de troubles et les auteurs d’insurrection à la violence en cette période.

Invité dimanche 28 février 2021, sur l’émission « Ma part de vérité », de la chaîne de télévision privée Golfe Tv, le ministre de la communication et porte parole du gouvernement, Alain Orounla, a sans langue de bois, expliqué la stratégie gouvernementale qui sera mise en place pour décourager tout individu qui sera surpris en flagrant délit d’acte de violence ou d’appel à l’insurrection en cette période sensible. « Toutes les dispositions ont été prises par le gouvernement pour éviter tout appel à la violence et à l’insurrection en cette période marquée par l’élection présidentielle d’avril prochain », a fait savoir le ministre Orounla. Toute chose qui à l’en croire, vise à éviter au Bénin, de vivre encore une seconde fois, les événements regrettables du 1er et du 2 mai 2019. Par ailleurs, il a profité de la tribune qui lui est offerte, pour lancer un signal fort aux personnes qui avaient appelé les populations au boycott, au soulèvement lors des législatives dernières et qui par la même occasion ont semé la peur dans le rang des paisibles citoyens, juste parce qu’ils avaient été recalés par les nouvelles dispositions, lors de ce processus électoral. Le porte parole du gouvernement a, pour finir, lancé un appel à l’endroit des parents afin qu’ils inculquent les notions de paix à leurs enfants. « Que chaque instituteur, chaque professeur, toute personne qui a de l’autorité, de l’influence sur les jeunes (les mineurs, les jeunes majeurs) parlent afin qu’ils ne se lancent pas dans cette aventure…Que la sensibilisation soit faite. Ce que nous avons en partage, c’est ce petit pays aux grandes potentialités ; les potentialités ne peuvent pas devenir des réalités si on rentre dans des affrontements et des confrontations où il peut y avoir des situations malheureuses ou préjudiciables. Nous ne voulons pas revivre, et le président de la République est le premier à vouloir l’éviter, d’en arriver à des situations où on a été obligé de priver de liberté, un certain nombre de compatriotes, et qu’il a fallu que le président soit amené à prendre une loi d’amnistie pour que ces jeunes (auteurs de troubles) recouvrent la liberté », a t-il indiqué.

Samira ZAKARI

 

Article Categories:
Actualité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru