PROTECTION ET RÉHABILITATION DES SOLS AU BÉNIN : D’importants résultats du ProSol/Giz célébrés avec les acteurs du Zou/Collines

2 jours ago | Written by
11 vues
0 0

Des participants

La Coopération allemande Giz a partagé le jeudi 6 juin 2024 à Bohicon, un moment festif avec les différents acteurs impliqués dans la mise en œuvre de son projet de Protection et Réhabilitation des Sols pour améliorer la sécurité alimentaire (Prosol) dans les départements du Zou et des Collines. Ce fut l’occasion pour l’équipe de coordination dudit projet de présenter neuf ans après, les résultats et succès du ProSol et de recevoir les témoignages ainsi que les suggestions des bénéficiaires.

La Rédaction

Un sol sain pour la sécurité alimentaire. C’est l’idéal défendu par la Giz en partenariat avec le ministère de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche durant les neuf dernières années à travers le projet ProSol.
Les différents résultats et prouesses ont été obtenus grâce à la méthode de Gestion Durable des Terres et d’Adaptation aux Changements Climatiques (Gdt/Acc). «Tout le monde sait qu’avec le temps, les terres se détériorent et s’il n’y a pas un projet pour les renforcer, nous risquons de connaître la sous-alimentation», reconnaît Sylvestre Adognibo, représentant du maire de Bohicon dans son allocution. Il n’a pas manqué de remercier les initiateurs du ProSol et l’équipe de pilotage.


Les mêmes sentiments de gratitude sont exprimés par le représentant du préfet du Zou Symphorien Dahissiho. «Depuis 2015, année de démarrage du ProSol, le secteur agricole s’est transformé grâce à la mise en œuvre de la Gdt/Acc. Les plantes améliorantes comme le mucuna et le poids d’angole se sont ancrée dans les habitudes agricoles et alimentaires de nos agriculteurs», se réjouit le chargé de mission du préfet Firmin Kouton. Le fruit du partenariat solide et étroit avec la Coopération allemande a permis aussi d’obtenir des résultats encore plus grands. «Ensemble nous avons travaillé à moderniser les pratiques agricoles, à intégrer la Gdt/Acc dans les curricula de formation des lycées agricoles, à promouvoir l’agriculture durable, à promouvoir la farine panifiable de manioc, à produire les engrais organiques (…) et à améliorer les moyens de subsistance des agriculteurs béninois», a-t-il ajouté.

Les agriculteurs, bénéficiaires directs du projet de protection et réhabilitation des sols ne se sont pas non plus fait prier pour témoigner de l’impact des techniques agroécologiques du Prosol sur le rendement de leurs cultures. «Notre terre qui est fatiguée complètement, où on ne trouvait même pas un sac (de récolte, ndlr) aujourd’hui, on en trouve jusqu’à cinq ou six avec les mesures Gdt comme le mucuna, l’aeschynomene…Tout ce qu’on fait maintenant marche», a témoigné fièrement Mohammed Orou, agriculteur dans la commune de Bantè. Dansi Sogbossi, agriculteur et relais du ProSol dans la commune de Djidja reconnaît pour sa part que «grâce à ce projet, j’ai reçu des formations sur les techniques de culture qui m’ont permis d’améliorer le rendement de mes terres. Le ProSol m’a aussi donné une moto, des équipements qui me facilitent la vie après m’avoir choisi comme premier responsable des agriculteurs de mon village». Les fermiers ne sont pas les seules personnes impactées par ce projet. ProSol-Bénin accorde aussi une place de choix à l’entrepreneuriat dans ses actions en vue du développement durable. «Le projet nous a formés sur les engrais organiques. La cherté des engrais chimiques nous permet de nous positionner sur le terrain et donc d’évoluer encore plus. Avant mon entreprise était à l’étape embryonnaire et grâce à ce projet j’ai ouvert les yeux», confie Tatiana Awokou, directrice d’une Start-up basée à Dassa.

En prenant la parole, la chargée du projet ProSol, Andrea Schalla, a reconnu la participation et la contribution des différents acteurs du projet. «Sans vous, ce n’était pas possible d’arriver où nous sommes aujourd’hui», a-t-elle avoué. Cependant, «beaucoup reste à faire dans le domaine de la Gdt/Acc» et de l’agroécologie souligne-t-elle.

«Maintenant, c’est à vous d’assurer la mise à échelle des acquis de Prosol et j’ai la ferme conviction que la mise en œuvre de la Gdt/Acc et agroécologie ne s’arrêtera pas au Bénin», a-t-elle invité.
Présentation des grands résultats du ProSol par le coordonnateur de la mise en œuvre de la Gdt, karim Mien, projection d’un film de 10 min sur la culture durable et la transformation du manioc en farine panifiable en substitution au blé, sketches sur l’importance de la réhabilitation des sols, sont entre autres activités qui ont meublé cette cérémonie de clôture du Projet ProSol/Giz.

Article Categories:
A la une · Actualité · Internationale · Nationale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru