RAPPROCHEMENT TALON-ZINSOU : Les prémices de la décrispation du climat politique ?

4 mois ago | Written by
3 312 vues
1 0

Après sa participation avec les autres chefs d’État au mini-sommet organisé à Paris par le président français Emmanuel Macron, le président béninois Patrice Talon est revenu au bercail le vendredi 18 février 2022, avec l’ancien premier ministre de Boni Yayi, Lionel Zinsou. Le retour du chantre de la rupture au Bénin avec son ancien challenger et de surcroît, dans le même vol suscite moult réactions au sein de l’opinion publique. Surtout, quand l’on sait que l’ancien premier ministre de Boni Yayi, Lionel Zinsou a maille à partir avec la justice béninoise.

LIRE AUSSI :KOMI KOUTCHE A PROPOS DE LA PRESENCE DE L’ANCIEN PREMIER MINISTRE BENINOIS AUX COTES DE TALON : « Lionel Zinsou est un objet volant non identifiable…», déclare-t-il

Condamnation de Lionel Zinsou par la justice béninoise

Candidat malheureux à la présidentielle de 2016 face à Patrice Talon, Lionel Zinsou a été condamné le vendredi 2 août 2019 à six mois de prison avec sursis et cinq ans d’inéligibilité pour « faux » et « dépassement de fonds de campagne électorale ». Ainsi, ses avocats avaient fait appel sans avoir gain de cause. De son côté, l’ancien premier ministre affirmait que l’arbitraire s’est installé au Bénin. « Ce jugement ne m’a pas surpris, même si l’on peut évidemment être étonné de sa teneur et de ce qu’il dit de la pratique du droit actuellement, comme l’ont exprimé mes avocats. J’avais, depuis plusieurs mois, l’information selon laquelle il avait été décidé en haut lieu de me rendre inéligible, je m’y étais donc préparé », avait déclaré Lionel Zinsou, dans une interview accordée au magazine panafricain ‘’Jeune Afrique’’. Dès lors, il vit à l’extérieur du pays comme bien d’autres acteurs du régime défunt qui sont poussés à l’exil.

Le retour de Lionel Zinsou, les prémices du dégel du climat politique ? 

Si malgré sa condamnation par la justice, l’ancien premier ministre Lionel Zinsou a pu fouler le sol béninois sans être inquiété, l’on est en droit de se demander si ce ne sont pas les premiers pas pour la décrispation de la tension politique dans laquelle végète le pays depuis un bon moment. On sait que le régime de la rupture a déclenché depuis quelques années, une lutte farouche contre la corruption et les fossoyeurs de l’économie nationale sont arrêtés et sanctionnés sans pitié. Sans être dans le secret des dieux, le compétiteur né aurait décidé de faire profil bas afin de permettre aux citoyens qui ont des ennuis judiciaires de rentrer au pays, quel que soit leur bord politique, pour apporter leur pierre à l’édifice pour le développement de la patrie.

Au demeurant, si tant est que le président Patrice Talon soit vraiment décidé à fermer cette page sombre qui écorne l’image du pays, il devrait libérer les prisonniers politiques et faciliter le retour de tous les exilés. Cette action de grande portée du chantre de la rupture tant espérée par le peuple béninois, lui permettra sans doute d’écrire son nom en lettres d’or dans les annales de l’histoire du Bénin.

Daniel KOUAGOU

Article Categories:
A la une · Nationale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.