SOUTENANCE DE THÈSE À L’UNIVERSITÉ D’ABOMEY-CALAVI : Awali Abdoulaye, docteur avec mention très honorable et félicitations du jury

4 ans ago | Written by
19 291 vues
0 0

 

Awali Abdoulaye, est désormais docteur de l’Université d’Abomey-Calavi (Uac). L’impétrant a soutenu sa thèse de doctorat le jeudi 12 novembre 2020 à l’Uac devant un parterre d’invités et un jury présidé par le professeur Brise Tenté. Le nouveau docteur a été formé en géographie et gestion environnementale de l’environnement, option, géosciences de l’environnement et aménagement de l’espace dans la spécialité géographie rurale et aménagement des espaces ruraux. « Pratiques agricoles de restauration de la fertilité des sols dans les 2kp (Kérou, Kouandé et Péhunco) au Nord-ouest du Bénin », c’est le thème sur lequel le nouveau docteur a mené ses travaux de recherche à l’école doctorale pluridisciplinaire de l’Université d’Abomey-Calavi.

Pendant plusieurs heures, Awali Abdoulaye a défendu, arguments à l’appui les résultats de ses fruits de recherche pendant plusieurs années. Pour l’impétrant, l’objectif général de sa recherche est d’étudier les effets des pratiques agricoles de restauration de la fertilité des sols sur les rendements agricoles dans les 2Kp. De façon spécifique, il s’agit d’analyser les facteurs de la dégradation des sols et les pratiques mises en œuvre pour restaurer la fertilité des sols dans les communes des 2kp, d’évaluer la performance des pratiques de restauration de la fertilité des sols sur les rendements agricoles dans la zone de recherche et d’examiner la dynamique de l’occupation du sol et son influence sur les pratiques de restauration de la fertilité des sols dans les communes des 2kp. D’après les résultats présentés, l’étude des pratiques de restauration de la fertilité des sols a permis d’identifier les indicateurs qui permettent aux paysans d’avoir une idée de la qualité des sols qu’ils exploitent ainsi que les pratiques endogènes et améliorées qui permettent de restaurer la fertilité des sols. « L’analyse des résultats a montré que le groupe socio-culturel Baatonu adopte à la fois plusieurs pratiques de restauration de la fertilité des sols à l’exception des cordons pierreux. Les groupes socio-culturels Gourmantché et Lokpa pratiquent à 70 % les mêmes pratiques de restauration de la fertilité des sols (l’association, la rotation culturale et le soja). Le parcage rotatif des bœufs et les cordons pierreux sont respectivement utilisés spécifiquement par les groupes socio-culturels Peulhs et Outamari », a précisé le nouveau docteur. Le docteur Awali Abdoulaye a également fait savoir que l’usage des engrais minéraux est plus adopté en moyenne par 65 % des producteurs des groupes socioculturels de la zone de recherche.

Il faut rappeler que les travaux de recherche de l’impétrant ont été dirigés par Moussa Gibigaye, professeur titulaire à l’Université d’Abomey-Calavi et Aboudou Ramane Mama, Maître de Conférences à l’Université de Parakou.

Wilfried AGNINNIN

Article Categories:
A la une · Actualité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru