SUITE À L’INTERVIEW DU PRÉSIDENT PATRICE TALON SUR LE BLOCAGE DU PÉTROLE NIGÉRIEN : Le Premier Ministre du Niger Ali Lamine Zeine réplique

1 semaine ago | Written by
382 vues
0 0

 

Au cœur de l’actualité liée à l’exportation du pétrole nigérien, le Premier Ministre du Niger Ali Lamine Zeine s’en est une fois encore pris aux autorités béninoises. Lors d’une conférence de presse le samedi 11 mai 2024, il accuse le Bénin pour avoir enfreint aux accords tripartites entre le Bénin et le Niger d’une part, et la Chine d’autre part. Le Premier Ministre appelle le Président Patrice Talon à l’application des accords signés pour l’exécution du projet d’exportation qui lie les deux pays.

Issihako ZIME LAFIA (Stg)

Au cours de sa messe médiatique, le Premier Ministre indique que plus de dix accords ont été conclus entre le Bénin et le Niger afin que rien n’entrave le projet Pipeline Export Bénin-Niger. Il a martelé que le Bénin a violé les accords établis dans le cadre du projet. A cet effet, selon l’Agence Nigérienne de Presse (Anp), la partie nigérienne reste en attente des garanties sécuritaires de la part du Bénin concernant l’exportation du pétrole brut du Niger à partir de la plateforme de Sèmè.

Animé par un devoir d’exercer son droit de réponse suite à la sortie médiatique du président Patrice Talon, le Premier Ministre Ali Lamine Zeine a mis la lumière sur un accord spécifique signé par la partie béninoise le 5 août 2019 qui souligne que «l’Etat béninois ne modifiera, ne résiliera (……) les effets du présent accord de tout autre document du projet ou document de financement sans le consentement écrit, préalable de la société et du projet même». Le premier ministre précise que ces dispositions ont été prises afin que le pétrole nigérien ne soit pas bloqué conformément aux dispositions internationales qui font obligation aux Etats ayant une façade littorale de ne pas empêcher l’accès à la mer des pays enclavés.

Le premier ministre a également abordé la question de la fermeture des frontières par le Niger. A cet effet, il précise qu’elle l’a été pour des questions de sécurité. Ali Lamine Zeine relève à ce sujet qu’« il y a des bases en République du Bénin, y compris certaines dans lesquelles on entraîne des terroristes qui doivent venir déstabiliser notre pays». Cependant, il a rassuré que «le Niger est prêt à rouvrir sa frontière lorsque nous aurons la certitude que notre territoire est en sécurité».

Ali Lamine Zeine a, en outre, abordé la question de la contrebande des céréales en provenance du Bénin. Il a souligné que c’est une preuve de tolérance de la part du peuple nigérien au regard des liens de bons voisinage entre les deux peuples. Il a ensuite affirmé que l’État du Niger n’avait jamais demandé que ces céréales rentrent frauduleusement sur son sol.

Article Categories:
A la une · Actualité · Internationale · Nationale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru