UN AN DU SECOND MANDAT DE LA RUPTURE : La ministre Adam Soulé présente les grandes avancées de son secteur

2 semaines ago | Written by
3 613 vues
0 0

Le 23 mai 2022, le chef de l’État Patrice Talon bouclait les 12 premiers mois de son second mandat. Une année qui a été très mouvementée et marquée par plusieurs actions dans différents secteurs dont celui du numérique et de la digitalisation. Ainsi, la ministre Aurélie Adam Soulé Zoumarou était le samedi 11 juin 2022 sur le plateau de l’Ortb dans le cadre de l’émission « Gouvernement en action ». En une heure chrono, elle a dressé un bilan reluisant des réalisations de son ministère au cours de cette première année.

À l’entame, la ministre a évoqué la mise en place d’un environnement favorable au développement de l’économie numérique. Ce qui se justifie par la réhabilitation et l’extension de la fibre optique, l’installation du data center national, la mise en place du réseau numérique de l’administration permettant l’interconnexion des sites administratifs, l’instauration du système informatique pour sécuriser les transactions, la mise en place d’une stratégie nationale de sécurité numérique, la création d’un portail des e-services opérationnel et bien d’autres. Grâce à la dématérialisation des services publics, les citoyens ont la possibilité d’obtenir directement en ligne différentes pièces et actes sans faire la queue dans les administrations. « C’est une belle avancée. Elle permet aux citoyens de gagner en temps, en argent et de vaquer à d’autres occupations », s’est réjouie Aurélie Adam Soulé qui évoque également l’installation des Points Numériques Communautaires (Pnc) dont 43 sont déjà en service afin de faciliter la connexion à internet des béninois surtout en zone communautaire. C’est sans oublier les salles numériques qui sont construites dans plusieurs communes depuis le premier mandat du gouvernement de la rupture. À en croire l’autorité ministérielle, « le numérique est un outil d’inclusion. Les personnes handicapées ont aussi le droit d’en bénéficier pour améliorer leur apprentissage.

Le gouvernement pour une amélioration du réseau Gsm

Dans sa dynamique de faire du Bénin la plateforme du numérique et de la digitalisation, le gouvernement de la rupture entend améliorer le réseau Gsm. Ainsi, la ministre a exposé les actions mises en œuvre pour l’amélioration de la qualité et du coût des services des réseaux Gsm. Cependant, Aurélie Adam Soulé précise que « le secteur des communications électroniques est un secteur libre et ouvert à la concurrence. Donc, les tarifs ne sont pas imposés. Seulement, dans les mesures de régulation, il peut y avoir des encadrements, mais qui laissent la place à la libre concurrence sur le marché ». Le gouvernement s’investit dit-elle, à soutenir les différents opérateurs pour la fourniture des services aux consommateurs.

Quid de la Sbin et des médias

L’une des innovations mise en œuvre par le gouvernement à travers le ministère du numérique et de la digitalisation pour ce second mandat est la Société Béninoise d’Infrastructures Numériques (Sbin). Troisième opérateur mobile, elle a pour mission de fournir aux autres opérateurs, la capacité en bande passante. Elle est également un opérateur de détails avec la fourniture d’accès à l’internet et de services de communications électroniques mobiles. Selon la directrice générale de la Sbin Thérèse Tounkara, cet opérateur interviendra sur plusieurs domaines dont l’internet à domicile, l’internet mobile, le mobile money, les services financiers, les services aux entreprises, la qualité des services et le développement de l’inclusion sociale avec les emplois.

Le secteur des médias est aujourd’hui placé sous la responsabilité du ministère du numérique et de la digitalisation avec la suppression du portefeuille ministériel de la communication. Ainsi, la ministre Adam Soulé Zoumarou a réaffirmé l’engagement du gouvernement à développer et moderniser ce secteur. En témoigne, les trois projets prévus dans le Programme d’Actions du Gouvernement (Pag) 2 pour le compte du domaine des médias. La ministre a cependant invité les médias à s’adapter aux réalités du moment. « La télévision numérique terrestre est déjà une réalité dans notre pays », a rassuré la ministre qui précise qu’il ne reste que la dernière étape qui d’ailleurs est à un stade évolué. Pour finir, la ministre Aurélie Adam Soulé a fait savoir que de lourds investissements seront faits pour donner une nouvelle ère à ce secteur.

Samira ZAKARI

Article Categories:
A la une · Nationale · Numérique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.