3E CONFÉRENCE MINISTÉRIELLE MONDIALE SUR LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE : L’invite de Jean Todt aux dirigeants

4 ans ago | Written by
12 568 vues
0 0

3E CONFÉRENCE MINISTÉRIELLE MONDIALE SUR LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE

L’invite de Jean Todt aux dirigeants

Stockholm, la capitale de la Suède a abrité la troisième conférence ministérielle mondiale sur la sécurité routière. C’était du 19 au 20 février 2020, en présence de plusieurs personnalités venues des quatre coins du monde entier. Au cours de ce grand rendez-vous international des discours se sont succédé sur la sécurité routière. Mais parmi ceux-ci, celui de l’envoyé spécial du Secrétaire Général des Nations Unies pour la sécurité routière et Président de la Fia Lord Jean Todt, a retenu les attentions. Ainsi, dans ce discours lors de la clôture de cette conférence, l’envoyé spécial du Secrétaire Général des Nations Unies, s’est focalisé sur la sécurité comme moteur de l’évolution de la mobilité et des transports. Voici l’intégralité de ce discours.

Wilfried AGNINNIN

Mesdames et Messieurs les Ministres, Vos Excellences, Mesdames et Messieurs,
Nous sommes arrivés au terme de notre conférence et je tiens à remercier chaleureusement toutes les personnes présentes. Un grand merci au gouvernement suédois, au ministre Eneroth et à ses collaborateurs pour cette entreprise louable.

Ces derniers jours, nous avons tous fait des voyages – de vrais voyages, et des voyages au cœur de l’imagination. Des représentants de plus de 140 pays se sont rendus en Suède au nom du renforcement de la sécurité routière. Et pour faire le point sur le travail accompli au cours de la dernière décennie. Grâce à des échanges riches, novateurs et puissants, nous nous sommes tournés vers l’avenir, afin de planifier notre feuille de route pour les années à venir. La voix des jeunes et de la société civile a été au cœur de cette démarche. C’est important, car ce sont nos jeunes qui vivront avec les conséquences de nos décisions et de nos actions.

Tous ceux qui sont réunis ici savent que le nombre de morts et de blessés dans les accidents de la route n’a pas diminué en 20 ans. Tout au long de cette conférence, ce fait impardonnable nous a obligés à nous regarder et à nous demander, en toute honnêteté, si nous accordons actuellement de l’importance à la sécurité en tant que fondement de nos systèmes de transport routier.

Nous disons que nous nous soucions de la sécurité routière, mais il y a un grand écart entre ce que nous disons et ce que nous faisons.

Pour réduire le nombre de morts et de blessés sur les routes – et pas seulement les tolérer de manière fataliste – nous devons transformer notre façon de penser. Nous devons évoluer vers une nouvelle ère qui soit fondamentalement et globalement fondée sur la sécurité.

Cela signifie qu’il faut faire de la sécurité une valeur si intransigeante qu’elle devienne, comme dans l’industrie aéronautique, partie intégrante de l’ADN du système de transport routier. Lorsque nous évaluons l’efficacité du système, la sécurité devrait être une mesure inhérente de la réussite et de la valeur. Si nous pouvons remanier les valeurs qui dominent actuellement nos systèmes de transport routier (coûts-avantages à court terme, vitesse, choix personnel, etc.) pour en faire un système qui donne la priorité à la sécurité, nous avons alors une réelle chance de changer le combat. Lorsque la sécurité en tant que valeur deviendra l’étoile directrice de nos systèmes de transport routier, avec l’aide des conventions des Nations unies, ceux-ci évolueront, quel que soit le lieu ou le niveau de revenu d’un pays.

Certains consommateurs (ceux qui en ont les moyens) sont prêts à payer plus cher pour la sécurité. Ce qui signifie que nous l’acceptons comme une marchandise. Ce faisant, nous envoyons le message qu’il est acceptable que certaines personnes soient en sécurité sur la route, mais pas toutes. Que ferons-nous pour changer cela ? Dans le monde des sports automobiles, la sécurité est au cœur de toute action et de tout choix. Certains système ont été mis en place pour assurer la sécurité du sport. Je suis choqué de voir que ce n’est pas le cas pour le transport routier, et de voir à quel point la société est indifférente aux décès dus aux accidents de la route. Lorsque j’ai assumé le rôle d’envoyé spécial du Secrétaire Général des Nations unies pour la sécurité routière, j’ai pensé que c’était quelque chose que nous pourrions facilement changer. Je pensais qu’il s’agissait d’amener les gens à faire ce qui, nous le savons, fonctionne. J’ai fini par comprendre que – contrairement au monde des sports automobiles ou de l’industrie aérienne – la sécurité n’est pas nécessairement maîtresse. Ce n’est qu’un des nombreux facteurs qui peuvent être élimés en faveur d’autres facteurs à n’importe quel moment.

C’est là que nous faisons fausse route.

Cela signifie donc que le voyage ne fait que commencer pour nous. Les pays ne sont pas tous au même point de départ et font face à des défis différents. Notre objectif est de faire en sorte que les systèmes de transport, quelle que soit leur configuration, soient sûrs, durables et équitables. Pour ce faire, il y a une chose que nous pouvons et devons garantir en rentrant chez nous : que nous nous engageons tous à faire de la sécurité la valeur fondamentale de notre action, dans l’intérêt de la sécurité routière pour tous. Nous devons faire en sorte que la sécurité soit le moteur de l’évolution de la mobilité et des transports.

Ce message doit également être entendu par les constructeurs et les fournisseurs automobiles, qui étaient sous-représentés à la conférence de cette semaine : plus de produits indignes. Nous ne pouvons plus les accepter. Il en va de même pour les investissements routiers : les « routes tueuses » sont un gaspillage de ressources. L’argent devrait arriver – nous avons entendu comment les banques d’investissement entendent apporter leur contribution. Les États peuvent faire de même, en soutenant le Fonds des Nations Unies pour la sécurité routière, et en changeant la manière dont ils organisent leur propre budget chez eux.

La volonté d’agir est là – nous l’avons entendu de la part des ministres. Nous avons suscité un grand intérêt, mobilisé les acteurs et rassemblé les outils nécessaires. Aujourd’hui, nous pouvons ajouter le dernier ingrédient : un engagement à faire de la sécurité la valeur fondamentale de tout ce que nous faisons en tant que citoyens, ministres, experts en sécurité routière, producteurs et consommateurs lorsqu’il s’agit de nos systèmes de mobilité.

Et si nous ne le faisons pas ?

Avançons rapidement de 10 ans. Nous sommes en 2030. Notre statistique principale est que malgré les interventions de sécurité routière actuelles, le nombre de morts et de blessés sur les routes s’élève encore à environ 1,4 million par an. Rien n’a changé, si ce n’est que 14 millions de personnes supplémentaires sont aujourd’hui mortes et 500 millions d’autres ont été blessées. Et parmi ceux-là, certains ne sont pas encore nés. Cet avenir signifierait que nous sommes encore loin de notre objectif de développement durable, trahissant l’agenda 2030 des Nations unies pour le développement durable, avec beaucoup trop de personnes laissées pour compte. Mais ce n’est pas inévitable.

Et si notre conférence nous aidait à éviter ce scénario ? Quel meilleur hommage rendre à tous ceux qui sont morts sur nos routes au cours des dernières décennies que de faire les choses différemment – de faire passer la sécurité avant tout.

Un tel changement est-il possible ? La réponse est oui : cela a été fait dans d’autres secteurs. Nous devons laisser à la prochaine génération une mobilité qui ne s’enlise pas dans les décès et les blessures.

Mesdames et Messieurs les députés,

Nous devons agir sur la base de notre conviction que le transport durable est possible. Aux jeunes ici présents, mon message est simple : nous vous avons entendus et nous nous engageons à soutenir votre vision d’une mobilité sûre et durable. Nous commencerons par nous engager à valoriser la sécurité – en l’intégrant si fermement dans nos systèmes de transport routier que les décès et les blessures appartiendront au passé.

Ne laissons pas passer cette chance de faire les choses différemment. Je vous remercie.

Jean Todt, Envoyé spécial du Secrétaire Général des Nations Unies pour la sécurité routière et Président de la FIA

Article Categories:
A la une · Actualité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru