JIF 2022/À TRAVERS UN PANEL DE DISCUSSION ORGANISÉ PAR LE REFES AVEC LE SOUTIEN DE LA FES : Des femmes proposent des solutions contre le harcèlement sexuel en milieu professionnel

2 ans ago | Written by
81 075 vues
0 0

Le Bénin à l’instar des autres pays du monde a célébré le mardi 8 mars 2022, la Journée Internationale de la Femme (Jif). Ainsi, pour donner un cachet spécial à cette célébration, le Réseau des Femmes Syndicalistes (Refes) du Bénin en collaboration avec la Fondation Friedrich Ebert (Fes) a organisé le mercredi 9 mars 2022, un panel de discussion portant sur les différents problèmes auxquels est confrontée la gent féminine en milieu professionnel. Des propositions de solutions ont été faites par les panélistes notamment la journaliste Angela Kpeidja et la Secrétaire Générale Adjointe (Sga) de la Cosi-Bénin Basilia Ahouansou pour renverser la tendance.

Samira ZAKARI

Plus jamais de harcèlement sexuel à l’endroit des femmes en milieu professionnel. C’est l’objectif du Refes en initiant ce panel de discussion avec le soutien de la Fes à l’occasion de la Jif 2022. Les discussions qui ont porté sur le thème « Égalité au travail et sans violence », ont permis aux panélistes de présenter le tableau de la situation de la femme fonctionnaire au Bénin et de proposer des solutions pour offrir de meilleures conditions à cette couche vulnérable de la société. La journaliste à l’Office de Radiodiffusion et Télévision du Bénin (Ortb) et auteure du livre “Bris de silence” sorti en 2021, a fait savoir que malgré les sensibilisations et la répression, les femmes continuent de faire face au harcèlement sexuel, à la violence et à la discrimination.

Des pistes de solutions proposées

Pour la journaliste qui aura retenu les attentions de plus d’un dans son pays comme à l’international en 2020 grâce aux déballages sur fond d’accusations faites sur le harcèlement sexuel à la maison Ortb, les parents doivent repenser l’éducation des enfants en leur inculquant une autre façon de voir la femme. « Les parents doivent apprendre à leurs garçons à respecter leurs sœurs et contribuer aux tâches de la maison au même titre que les filles », pense t-elle. Elle invite par ailleurs, les femmes à vaincre leur signe d’infériorité. « Les parents doivent savoir qu’il n’y a de rêve assez grand pour la fille. Elle doit bénéficier des mêmes avantages que le garçon », a martelé la professionnelle des médias.


De son côté, la Sga de la Cosi-Bénin, Basilia Ahouansou, a souligné que bien qu’ayant souvent les mêmes compétences que les hommes, les femmes ne sont malheureusement pas rémunérées à leur juste valeur. Elle invite donc à un traitement plus équitable entre l’homme et la femme sur la plan salarial. Aussi pense t-elle que la question d’égalité implique l’application rigoureuse des textes en matière de genre.

Solidarité femme-femme, l’autre défi à relever

Les participantes au panel de discussion ont eu l’occasion de se prononcer sur le thème débattu. Elles ont, a cet effet, évoqué le manque de solidarité souvent observé entre les femmes surtout en milieu professionnel. Christelle Medaho, jeune leader du Bénin, a relevé le manque de compétences chez les femmes notamment au service et aussi, le harcèlement auquel sont confrontées les nouvelles recrues souvent abandonnées par les anciennes, au sein des administrations . Elle exhorte ainsi, les “mamans de l’administration” à accompagner et soutenir leurs filles afin qu’elles ne tombent pas dans le piège des harceleurs.

Article Categories:
A la une · Nationale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru