APRES TROIS MOIS DE FORMATION PRATIQUE : Les étudiants de Cfoman-Daabaaru apprécient

3 ans ago | Written by
15 410 vues
0 0

Après un mois de formation théorique en tronc commun, les étudiants du Centre de Formation aux Métiers de l’Audiovisuel et du Numérique (Cfoman-Daabaaru) de la société de presse et de communication Bok Sarl, ont entamé depuis le mois de juin, la formation purement pratique dans leurs différentes spécialités. Ainsi, trois mois après, les apprenants de cette première promotion de Cfoman-Daabaaru apprécient la qualité de la formation qu’ils reçoivent.

Daniel KOUAGOU

Ils sont au total 12 jeunes qui se sont inscrits au centre de formation pour l’auto-emploi, Cfoman-Daabaaru initié par la société de presse et de communication Bok Sarl. Trois mois de formation essentiellement pratique leur ont permis de se plonger dans les méandres des réalités du monde de la presse et acquérir de nouvelles connaissances dans les métiers du numérique.

Les étudiants apprécient la formation à eux donnée tant théorique que pratique. Pour Floriane Ayédamou, étudiante à Cfoman-Daabaaru dans la spécialité journalisme, cette formation est une aubaine qui est en parfaite adéquation avec sa passion pour le journalisme et lui permettra, sans doute, de pouvoir concrétiser son rêve. « Le journalisme est une passion pour moi. Voilà pourquoi j’ai profité de cette formation qui est une occasion pour moi, pour avoir une formation professionnelle. J’apprécie vraiment cette idée du Pdg de l’entreprise Bok Sarl qui, selon moi, est une manière d’aider les jeunes qui n’ont pas assez d’argent pour se faire former dans les écoles de journalisme. Je suis sincèrement fière », a-t-elle laissé entendre. Selon Diane Kotoko étudiante à Cfoman-Daabaaru ayant choisi le cadrage et le montage, la formation se déroule sans anicroche et elle est bien aguerrie dans son domaine. En abondant dans le même sens, Clarisse Ogboni étudiante dans la spécialité journalisme, a salué également cette initiative salutaire de l’entreprise Bok Sarl. « Par rapport à la formation qu’on reçoit, personnellement j’aime la manière dont nous sommes formés. Cette formation ma permise tout d’abord, de savoir comment faire une titraille pour un article, de rédiger une brève, de faire une interview et de recueillir les informations sur le terrain pour en faire un reportage. Outre, à travers Cfoman-Daabaaru, j’ai trouvé une seconde famille », a-t-elle confié.

En dépit des difficultés qu’ils rencontrent, ils se disent satisfaits des formations qu’ils bénéficient à travers leurs cadreurs. Par ailleurs, ils invitent d’autres jeunes qui sont à la recherche d’un centre de formation professionnelle pour l’auto-emploi de venir à Cfoman-Daabaaru afin de bénéficier de ces nombreux avantages.

De son côté, Wilfried Agninnin, rédacteur en chef du quotidien Daabaaru et l’un des formateurs à Cfoman-Daabaaru, ces étudiants sont très déterminés et disposés à apprendre. A l’en croire, leur niveau est satisfaisant mais il les invite à ne pas dormir sur leurs lauriers. « Ce sont les jeunes qui savent là où ils vont. Les étudiants qui effectuent leur formation pratique au niveau du quotidien Daabaaru, j’apprécie leur discipline et assiduité dont ils font preuve. Mais, il va falloir qu’ils redoublent d’ardeur notamment améliorer leurs écritures linguistiques et journalistiques, car le journaliste doit être en perpétuelle formation », a-t-il indiqué.

Il faut souligner que Cfoman-Daabaaru est composé de plusieurs filières de formation dont entre autres, le cadrage, le montage, le journalisme, la photographie, l’infographie et la création de site internet. Ils auront à faire 9 mois de formation au sein du groupe de presse Daabaaru et trois mois de stage dans d’autres organes de presse et structures.

Article Categories:
A la une · Éducation · Société

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru