BENIN/DEVELOPPEMENT DE L’ELEVAGE DES RUMINANTS : Le ministre Dossouhoui lance l’étude sur l’évaluation des potentialités fourragères

3 ans ago | Written by
13 724 vues
0 0

L’élevage des ruminants est un secteur qui, depuis quelques années, connaît de beaux jours au Bénin. Cependant, les éleveurs se voient de plus en plus limiter dans leur activité, par l’indisponibilité des fourrages, l’un des aliments de base du bétail. C’est donc pour trouver une solution à ce problème qui d’ailleurs, n’est pas propre uniquement au Benin, qu’une étude sur l’évaluation des potentialités fourragères pour le compte du Bénin, a été lancée par le Ministre de l’Agriculture de l’Elevage et de la Pêche (Maep) Gaston Dossouhoui. C’était le mardi 4 mai 2021, à l’infosec de Cotonou, en présence des acteurs impliqués et des partenaires.

Cet atelier organisé par la direction de l’élevage avec le soutien financier de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (Uemoa) a pour objectif, de trouver une cartographie complète des ressources alimentaires pour le bétail compte tenu des pôles de développement agricoles tout en mettant un accent particulier sur les différentes communes disposant des ressources qui malheureusement sont encore mal connues, a fait savoir le directeur de l’élevage Yao Akpo. Le représentant de l’Uemoa Yawovi Bathassi a remercié tout le gouvernement béninois qui a favorisé l’aboutissement des formalités de mise en œuvre de l’étude sur l’évaluation des potentialités fourragères du Bénin. « En apportant 300 millions de Fcfa dans ce projet, l’Uemoa affiche sa ferme volonté d’accompagner les trois pays côtier à savoir le Bénin, le Togo et la Côte d’Ivoire dans la recherche durable des solutions contre ce phénomène », a t-il exprimé.
Le ministre Gaston Dossouhoui, après avoir posé le diagnostic des crises pastorales dans la région ouest africaine en général et au Bénin en particulier, a remercié l’Uemoa pour son appui financier au Bénin, dans l’exécution de cette étude. A l’en croire, ce projet vient à point nommé car, elle intervient dans un contexte où le Bénin a opté pour la sédentarisation des élevages de ruminants. « Le Bénin va poser, à travers cette étude, un pas décisif dans sa marche vers une meilleure gouvernance et une gestion plus rationnelle de ses ressources pastorales relevant des pâturages naturelles, de la vaine pâtures et des espaces aménagés », s’est réjoui le Maep, en invitant les différents acteurs à s’engager davantage afin que des solutions durables débouchent de cette étude.

Il faut souligner que les résultats qui découleront de cette étude, aideront dans la mise en œuvre du Projet de Sédentarisation des Troupeaux de Ruminants (Proser) et du Projet d’Appui au Développement des Filières Lait et Viande (Prodefilav) sans oublier la Promotion des Entreprises d’Elevage (Pel).

Samira ZAKARI

Article Categories:
A la une · Actualité · Nationale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru