BÉNIN/DROITS SEXUELS ET REPRODUCTIFS DES ADOLESCENTS ET JEUNES : L’Abpf présente le rapport de l’Epu du projet Rhrn2 aux médias

1 an ago | Written by
8 940 vues
0 0

 

Un rapport alternatif a été élaboré par des organisations de la société civile sous la coupole de l’Association Béninoise pour la Promotion de la Famille (Abpf) sur les droits sexuels et reproductifs des adolescents et jeunes. Le contenu du travail a été présenté le vendredi 28 octobre 2022 aux professionnels des médias à l’occasion d’un atelier tenu à Abomey-Calavi. Ceci en prélude à l’édition 2022 de l’Evaluation Périodique Universelle (Epu).

S.A.A.

C’est une initiative de la coalition Right Here Right Now 2 (Rhrn2) qui entend présenter en 2023 au conseil des droits de l’Homme de l’Onu, les actions et réformes mises en œuvre par le Bénin pour promouvoir la santé, les droits sexuels et reproductifs des adolescents et jeunes et la justice en matière de genre à l’instar des autres Etats membres de l’organisation internationale. À cet effet, le rapport expressif et alternatif tient compte de trois thématiques principales à savoir le droit à l’information en matière de santé sexuelle et reproductive ; la protection des minorités sexuelles et l’accès aux soins d’avortement sécurisés par les populations.

À en croire Christian Agbozo, directeur exécutif de l’Association Béninoise pour la Promotion de la Famille (Abpf), il est nécessaire que les professionnels des médias comprennent et opinent sur le contenu du rapport alternatif. « Le journaliste est la conscience de l’opinion publique et de la société civile. Il expose les faits susceptibles d’aider le public à accéder à la vérité. C’est ainsi qu’il aide à construire ou à renforcer les droits humains. Nous savons compter sur vous pour jouer pleinement votre partition dans la suite du processus », a-t-il indiqué.

Plusieurs communications présentées par Yélian Bakpé, point focal Suivi-Evaluation et Apprentissage sur le projet Rhrn2, Conaïde Akouedenoudje et Aïchatou Salifou ont meublé les échanges. Par ailleurs, un comité de suivi des recommandations formulées dans le rapport alternatif a été mis en place. Les stratégies clés dont l’accès à l’information et à l’éducation, le plaidoyer, la mobilisation sociale et politique, le renforcement de la société civile et surtout le renforcement de capacités ont été également évoquées.

 

Article Categories:
A la une · Santé · Société

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru