BORGOU/PRÉVENTION ET RÉPONSE AUX MENACES DES MALADIES INFECTIEUSES : Acteurs des médias et de la chaîne de communication gouvernementale outillés

1 mois ago | Written by
365 vues
0 0

 

Du 29 au 31 mai 2024, un atelier de formation des acteurs des médias et de la chaîne de communication gouvernementale du Borgou sur la communication des risques et l’approche One Health (Une Seule Santé) a eu lieu à Parakou. Il s’inscrit dans le cadre de l’appui au renforcement du système de santé du Bénin pour prévenir, détecter et répondre aux menaces de maladies infectieuses. L’atelier a bénéficié de l’appui financier de l’Usaid pour mettre en œuvre le programme de renforcement de la sécurité sanitaire mondiale (Global Health Security) avec l’approche Une Seule Santé.

Wilfried AGNINNIN

Des acteurs des médias et de la chaîne de communication gouvernementale du Borgou renforcent leur synergie d’action pour prévenir, détecter et répondre aux menaces de maladies infectieuses. Il s’agit essentiellement des zoonoses, maladie naturellement transmissible des animaux vertébrés à l’être humain et inversement, qui est causée par des agents biologiques vivants (parasites, virus…). Entre autres zoonoses on peut citer Ebola, Lassa, Covid-19 et grippe aviaire. Au cours de l’atelier, des sessions de formation et des cas pratiques sur des zoonoses ont été déroulés.

Pour Mahussi Fidélia Sessou Hinson, Directrice pays et conseillère technique pour le projet Global Health Security (Ghsa) Bénin, le projet Breakthrough Action appuie la mise en œuvre du volet Communication des Risques et Engagement Citoyen (Crec) du programme Global Health Security.

L’atelier a réuni aussi bien les acteurs gouvernementaux que les acteurs des médias pour qu’ensemble, ils puissent définir une stratégie d’action afin de créer une synergie d’action et communiquer de façon efficace en cas d’urgence. «En cas d’urgence, il y a principalement trois choses. La première chose, est de donner la vraie information à la population. La deuxième chose, c’est de leur faire connaître réellement ce qui se passe. Si c’est une maladie, expliquer, donner des statistiques réelles de ce qui se passe concernant cette urgence de santé publique. Et la troisième chose c’est de travailler en collaboration, c’est d’impliquer tout le monde dans cette urgence en communiquant», a-t-elle expliqué. Mahussi Fidélia Sessou Hinson, s’est réjouie des résultats satisfaisants obtenus à l’issue de cet atelier de formation dans le Borgou. A l’en croire, « quand on voit un peu à l’arrivée, on était vraiment à moins de 50% au niveau des connaissances. Mais au post test, nous avons eu des résultats de plus de 100%.

Nombreux sont ces participants qui ont eu leur note à 100%. Cela dénote un peu de l’importance que les acteurs aussi bien de la santé, des autres ministères sectoriels que les acteurs des médias ont accordé à cette formation ». Selon elle, les objectifs ont été atteints. « Ce que nous attendons d’eux, c’est d’utiliser les outils donnés à cette formation en cas d’urgence dans leur département. Ce que nous attendons d’eux, c’est de travailler en synergie, que les acteurs des médias aient la possibilité d’avoir l’information réelle et en temps réel. Que les professionnels de santé soient compris aussi dans leur démarche de réticence de vouloir bien faire », a fait savoir pour finir, la Directrice pays et conseillère technique pour le projet Global Health Security (Ghsa) Bénin.

Article Categories:
A la une · Actualité · Société

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru