CAREME CATHOLIQUE : L’Abbé Fortuné Gonzalo revient sur le sens de la semaine Sainte

4 semaines ago | Written by
628 vues
0 0

 

La semaine sainte est, pour les catholiques, une semaine de foi et d’intenses prières. Du dimanche 24 au samedi 30 mars 2024, les fidèles commémorent la passion et la mort du christ sur la croix. Ils célèbrent également sa résurrection lors de la pâques. Abbé Fortuné Gonzalo, Prêtre de l’archidiocèse de Parakou et curé de la cathédrale Saint Pierre et Saint Paul de Parakou, explique à travers une interview, le sens même de la semaine sainte. Lisez ci-dessous.
Ulrich DADO TOSSOU (Stg)

Daabaaru: Qu’est-ce qu’on peut comprendre par la semaine Sainte ?
Abbé Fortuné Gonzalo : La semaine Sainte, c’est une semaine qui va du dimanche des rameaux au dimanche de Pâques. Nous savons très bien que la fête de Pâques est la fête la plus importante pour l’Église catholique, parce que Pâques, c’est l’événement central de l’Église catholique. Or, ce qui est important, nécessite une grande préparation. Et donc pour vivre Pâques comme il le faut, l’Église nous donne toute une semaine qui va du dimanche des rameaux au dimanche de Pâques.

Comment se déroule cette semaine sainte ?
Au cours de cette semaine, il y a une très grande célébration. La semaine est ouverte par le dimanche des rameaux. Le dimanche des rameaux rappelle l’entrée triomphale de Jésus à Jérusalem. Quand nous lisons les Evangiles, nous voyons que les gens avaient coupés des rameaux, mettaient leurs pagnes sur le chemin, Jésus était assis sur un petit âne et puis Jésus passait sur ces pagnes et rameaux et avec lesquels on le louait pour rentrer à Jérusalem. Le dimanche des rameaux, l’Église vit exactement la même chose. Et donc, c’est la célébration du dimanche des rameaux qui nous introduit vraiment dans la semaine Sainte. Après, le mercredi, il y a ce qu’on appelle la messe Chrismale. Le mot chrismale vient du latin ‘’chrisma’’. C’est la messe au cours de laquelle l’Église bénit les trois huiles qu’on utilise au cours d’une année pastorale. Le saint chrême qu’on utilise pour les baptêmes, les ordinations et les consécrations des Églises, l’huile des malades qu’on utilise pour les malades et l’huile des catéchumènes qu’on utilise pour les catéchumènes en marche vers le baptême. Le jeudi Saint, dans la soirée, il y a la messe de l’institution de l’Eucharistie et du Sacerdoce. Vous savez, la veille de sa passion, Jésus a fêté la Pâques avec ses disciples et c’est au cours de cette Pâques Juive que Jésus a institué l’Eucharistie. Le jeudi saint, nous célébrons donc une grande messe qui rappelle l’institution de l’Eucharistie et du Sacerdoce, parce que pour parler de l’Eucharistie, il faut nécessairement le Sacerdoce. L’Eucharistie c’est le pain et le vin qui deviennent le corps et le sang du christ. Et, seul un prêtre validement ordonné peut le faire. Le vendredi à 15 heures, il y a le grand chemin de croix. Habituellement, on fait les chemins de croix sur les paroisses, là maintenant, on sort pour faire de longues distances. Et après le chemin de croix, il y a ce qu’on appelle la célébration de la passion. C’est une célébration où on essaie de méditer un peu plus la passion du Seigneur à travers l’écoute de la parole de Dieu et à travers aussi quelques grandes prières que nous faisons. Et tout cela est clôturé le lendemain, donc le samedi saint à 22 heures par la grande messe de la veillée Pascale qui célèbre la résurrection de Jésus christ.

La semaine Sainte se termine par la fête de la pâques. Que fêtons-nous précisément le dimanche et lundi de pâques ?

Il faut préciser que le lundi de Pâques n’a pas un caractère liturgique, c’est un jour qui est férié. Le plus important c’est la veillée Pascale et le dimanche de Pâques où nous célébrons la résurrection de Jésus. Jésus qui est passé de la mort à la vie. Nous célébrons donc sa résurrection. Et c’est ce que rappellent la veillée Pascale et les grandes messes qui ont eu lieu le jour de Pâques. L’Église profite pour organiser aussi des rassemblements qu’on appelle souvent la Galilée. La Galilée ça part d’où ? Quand Jésus est ressuscité, il a dit à ses disciples qu’il les précède en Galilée et c’est en Galilée qu’il va les rencontrer. Donc, le lundi de Pâques, on célèbre la Galilée pour exprimer que nous aussi, comme chrétiens, nous nous rassemblons dans ce lieu pour aller rencontrer Jésus ressuscité.

Quels comportements doivent adopter les fidèles catholiques durant cette semaine sainte ?

La démarche la plus importante pour les chrétiens, c’est vraiment de rentrer dans l’événement. Le vendredi saint par exemple, ce sera la célébration de la passion de Jésus. Donc, il faut rentrer dans l’évènement en essayant, je ne dirai pas d’être dans la tristesse mais de ne pas être dans trop de bruit, de jeûner, de faire la pénitence. De façon concrète, c’est ce qui est demandé. Maintenant, Jésus ressuscité, c’est la joie, donc le jour de Pâques qu’on essaie de partager cette joie surtout avec ceux qui n’en n’ont pas la possibilité. Moi par exemple, j’ai pris l’initiative personnelle d’aller célébrer la messe à la prison le jour de pâques. Je ne suis pas obligé. Je me suis dit que ceux qui sont là-bas et qui n’ont pas toujours la messe, ça doit être une grande joie pour eux de célébrer la messe le jour de Pâques. Donc, les chrétiens sont invités le jour de Pâques aussi à semer la joie chez les autres. Par exemple, ceux qui n’ont pas l’habitude de fêter, on peut partager avec eux. Pour ces grands jours de fête, parfois il y a des gens qui fêtent, qui jettent même les nourritures. Est-ce qu’on pourra penser un peu aux autres en partageant cette joie ? Pas seulement dans la nourriture, ça peut être aussi dans la manière d’être. Vous voyez, une visite à quelqu’un qui n’a pas l’habitude d’en avoir, c’est une expression déjà de joie partagée.

Propos recueillis et transcrit par Ulrich DADO TOSSOU

 

Article Categories:
A la une · Actualité · Religion

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru