CONSOMMATION LOCALE AU BENIN : Un facteur de développement encore sous-estimé

4 ans ago | Written by
18 816 vues
0 0

CONSOMMATION LOCALE AU BENIN

Un facteur de développement encore sous-estimé

La consommation abondante des produits locaux a encore du mal à rentrer dans les habitudes des béninois. Le made in Benin souffre toujours pour plusieurs raisons inavouées, ceci en dépit de toutes les mesures prises par les acteurs à divers niveau. Pourtant, la consommation des produits locaux a fait de certains pays, des pays très développés.

Wahabou ISSIFOU

Les aliments, les vêtements, l’habitat, la culture, la musique, les ressources humaines sont des produits encore méprisés par de nombreux consommateurs. Les différents efforts fournis par les vaillants producteurs restent jusque là impayés. Ils préfèrent les produits exportés en invoquant des raisons qui ne tiennent pas la route. Comme quoi, les produits exportés sont moins chers, les produits exportés sont sans risques ignorant le nombre de jours que passent ces produits sur les mers, les océans avant de parvenir à eux. Ils cherchent toujours des arguments pour jeter du discrédit aux produits locaux fabriqués par leurs frères dans un espace géopolitique très facile à toucher du doigt.

Et pourtant…

Nombreux pays qui sont devenus des pays développés aujourd’hui ne sont pas des pays où les consommateurs se contentent des produits exportés. Ce sont des pays où les efforts sont consentis pour la promotion des produits locaux à long terme.

Les ressources existent à tous les niveaux, mais le développement stagne encore à cause des réalités qui dépassent l’entendement. Ne dit-on pas que l’union fait la force? Mais c’est avec amertume que l’on constate le mépris ou le manque d’accompagnement de ceux-là qui sont prêts à changer les choses par leur entourage immédiat.

Si la Chine, le Japon, l’Amérique, la Côte d’Ivoire, Le Ghana sont arrivés à être parmi les pays les plus développés, c’est parce que la promotion de la consommation locale a toujours été soutenue et accompagnée par les différents dirigeants en complicité avec les producteurs eux-mêmes.

Au Bénin, le riz, le maïs, la tomate, le vestimentaire, la musique, la culture sont encore des produits exportés. Le Bénin continue à bénéficier des tonnes de riz des japonais chaque année. Et pourtant il existe de grandes superficies cultivables encore inexploitées.

Pourquoi faut-il consommer local?

Acheter les produits de proximité peut réduire plusieurs problèmes. En achetant ces produits fabriqués localement, on fait vivre la communauté locale.

La consommation locale est un facteur déterminant de développement. C’est également un facteur de cohésion sociale grâce au circuit court des produits. En effet, ce mode de consommation permet aux producteurs de mieux connaitre les attentes des consommateurs, tandis que ces derniers apprennent à connaître le travail et le mode de vie des producteurs.

Difficile de croire que des produits ayant fait des semaines voire des mois avec de plusieurs changements d’états, pourraient être consommés sans risques. Ces produits subissent plusieurs changements d’états physique et chimique. La consommation des produits locaux est très bénéfique pour la production locale. Celui qui achète un produit local permet au producteur de mieux s’épanouir, permet à celui-ci de subvenir aux besoins de sa famille car lorsque la famille se porte bien, la société va mieux et le développement de la Nation devient une réalité. Alors, il est impératif que les acteurs à divers niveau offrent des possibilités et des facilités pour les producteurs locaux en leur permettant grâce à des appuis de croitre leur production afin de couvrir la grosse demande des consommateurs. C’est possible et c’est le consommateur qui doit désormais se refuser de consommer à outrance les produits exportés qui coûtent les yeux de la tête en défaveur de ceux produits localement. Car c’est à ce seul prix que le réel développement du pays pourrait devenir une réalité.

Quotidien Daabaaru, leader de la presse écrite dans le septentrion

Article Categories:
A la une · Actualité · Culture

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru