DÉCÈS DU JOURNALISTE LUDOVIC AYÉDÈGUÈ : Autorités et personnalités témoignent

12 mois ago | Written by
9 728 vues
0 0

Le regretté journaliste Ludovic Ayédèguè, décédé le 29 mai 2023 des suites d’une courte maladie, a été inhumé le 2 juin 2023 au cimetière catholique de la ville de Parakou après une messe corps présent. Des autorités et personnalités ont saisi l’occasion pour témoigner sur la vie de l’homme. 

Laurence AMOUSSOU (Stg)

C’est définitivement fini. Feu Ludovic Ayédèguè est désormais dans sa dernière demeure. Sa dépouille repose au cimetière catholique de Parakou. La mort prématurée du journaliste Ludovic Ayédèguè a semé la consternation totale dans le monde des médias en général et dans sa famille en particulier.

Pour Mouhamed Nasser Baco, vice-recteur chargé de la recherche universitaire de l’Université de Parakou (Up) ayant côtoyé le regretté Ludovic des années durant, « Ludovic a été un fidèle sincère et honnête collaborateur avec moi. Il était mon chargé de communication et il a toujours été sincère envers moi. Il ne regardait pas les intérêts. Après ses parents, je suis le gros perdant pour la disparition de Ludovic. Je souhaite que Dieu ait pitié de son âme et qu’il l’accueille dans sa dernière demeure ». C’est le lieu pour Kamal Wassangari, Secrétaire Administratif (Sa) du parti Les Démocrates (Ld) de dire ce qu’était Ludovic avec lui, tout ce qu’ils ont eu à partager ensemble. « Son départ était vraiment surprenant, parce que Ludovic était vraiment un combattant. On militait ensemble au sein du parti Les Démocrates. Vraiment son départ est une lourde peine pour le parti », s’est-il désolé.

Abondant dans le même sens Issac Olayinka journaliste ayant collaboré avec feu Ludovic, parle des circonstances de leur rencontre et quelques étapes de la vie passées ensemble. « La mort rappelle à tous que c’est une évidence. En 2006, il nous avait rejoint à la radio Arzèkè où nous avons passé de bons moments ensemble. Nous nous sommes ensuite retrouvés à la Sonapra en 2017. Pour ensuite se retrouver dans des cellules de communication jusqu’à ce jour. Je retiens de lui, qu’il était quelqu’un de passionnant. C’était un homme d’opinion qui savait affirmer ses choix », a-t-il fait savoir.

Il faut souligner qu’il était responsable Borgou-Alibori du quotidien ‘’Le Matinal’’.

Condoléances aux familles éplorées, sa fille et à la presse en général. Que l’âme de Ludovic repose en paix !

Article Categories:
A la une · Société

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru