DEUX ANS APRES SON DECES : L’artiste Séro Guidè toujours dans les esprits des mélomanes

3 ans ago | Written by
21 839 vues
0 0

Le 12 août 2019, est une date qui restera à jamais graver dans le cœur du peuple baatonu du Bénin en général et des amoureux de la musique “Kokoma” en particulier. Cette date représente en effet, le jour de décès d’un monument, un baron de la musique traditionnelle baatonu, Séro Guidè. Deux ans après sa mort, le peuple baatonu pleure encore la disparition de ce musicien hors pair, originaire de la commune de Kèrou dans le département de l’Atacora.

De son vivant, Séro Guidè a été l’un des rares artistes de la musique traditionnelle baatonu, qui s’est fait connaître au delà des frontières nationales, grâce à son talent incontestable. Par ailleurs, c’est un secret de polichinelle que Séro Guidè a bercé l’enfance de plus d’un, surtout dans la partie septentrionale du Bénin, par ces chansons.

Et même après sa disparition, il reste toujours présent dans les cœurs de ses mélomanes, grâce à ses œuvres qui sont jouées en boucle, lors des cérémonies “Kokoma” ou même de mariage organisées en ville comme en campagne. D’ailleurs, impossible de résister à esquisser des pas de danse, à l’écoute des sulfureuses mélodies de l’artiste, dont les textes apaisent les cœurs meurtris et désespérés et rappellent à l’ordre les harpies. En effet, Séro Guidè a toujours essayé de partager un message avec ses fanes, à travers ses musiques qui parlent des faits de sociétés africaines tels que, l’importance de la famille, de la femme, l’amour du prochain, la méchanceté, la médisance et même la politique.

Et vu les efforts fournis par les collègues et disciples de Séro Guidè pour valoriser la musique “ Kokoma”, on peut dire sans risque de se tromper que l’artiste n’est pas mort. Les notes, les paroles et la réflexion qu’il a laissées, sont la continuité de son être et de sa manière d’être.

Samira ZAKARI

 

 

Article Categories:
A la une · Culture

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru