DISPARITION D’UN CORPS À LA MORGUE DU CNHU : Trois agents de l’hôpital s’expliquent à la Criet

3 semaines ago | Written by
8 424 vues
0 0

 

Interpellés suite à la disparition du corps d’une femme à la morgue du Centre National Hospitalier Universitaire (Cnhu) de Cotonou, trois agents ont comparu devant les juges de la Criet le lundi 1er juillet 2024. En effet, accusés d’avoir sorti frauduleusement le corps confisqué de la dame en question, deux des trois prévenus sont poursuivis pour « abus de fonction ». Selon les informations rapportées par Banouto, la défunte décédée au service de réanimation du Cnhu a été entièrement prise en charge par l’hôpital jusqu’à son décès. Son corps a été donc confisqué par les responsables du Cnhu, le temps que ses parents payent la facture des soins qui lui ont été administrés. Mais au lieu de s’acquitter de la dette, les parents ont comploté avec deux agents en service à la morgue, pour sortir frauduleusement le corps de la défunte contre la somme de 500 000 f.
À la barre, le troisième prévenu qui était un des responsables de la morgue au moment où le corps a été admis, a expliqué qu’il a été informé de l’affaire lorsque le père de la défunte voulant joindre le morguier pour le remercier de l’avoir aidé à sortir le corps de sa fille de l’hôpital, est tombé sur son numéro. Très surpris, il a après sa conversation avec le papa, demandé au nouveau responsable de la morgue de procéder à une vérification de corps. C’est alors que la disparition du corps de la dame est constatée.

Les deux agents dos au mur

Après la disparition du corps, une enquête a été ordonnée par les autorités du Cnhu. Ce qui a conduit à l’interpellation des deux agents. Devant les juges de la Criet, ils ont reconnu les faits qui leurs sont reprochés et ont expliqué à la barre, comment ils se sont partagés les 500 000 F.
Par ailleurs, dans leur déposition, ils ont expliqué que le plus ancien a pris 220 000 Fcfa et le second qui a transporté le corps dans le corbillard, a reçu 225 000 Fcfa. Les parents de la défunte venus chercher le corps ont reçu le reste de l’argent.

Le Cnhu de son côté réclame 1 285 000 Fcfa qui équivaut aux frais d’hospitalisation de la patiente défunte. Lors du procès, la cour a cherché à savoir comment le corbillard a pu quitter la morgue avec le corps sans être arrêté par les agents de sécurité. Le représentant du centre hospitalier, a alors expliqué que les corbillards et les ambulances ne font pas objet de contrôle à l’entrée. Il a rassuré que les dispositions seront désormais prises.

Après avoir écouté les explications des différents partis, la cour a renvoyé l’affaire au 5 août prochain.

Samira ZAKARI

Article Categories:
A la une · Actualité · Nationale · Santé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru