EDITO : Sous l’ombrage de Yayi

3 ans ago | Written by
12 303 vues
0 0

 

En attendant la date du 20 mai prochain, jour retenu par la Commission Electorale Nationale Autonome pour les résultats provisoires des élections communales et municipales du 17 mai dernier, quelques indices dans certaines circonscriptions électorales présagent d’un bon score pour la Force Cauri pour un Bénin Emergent (Fcbe).
Ainsi, malgré le tumulte noté au sein de ce parti de l’ancien Président Boni Yayi à l’approche des dernières élections, il était presque inimaginable de penser au scénario qui s’annonce depuis le soir du 17 mai dernier. Surtout quand on sait que ce parti doit essentiellement son aura à son ex président d’honneur Boni Yayi, il était prévisible que sans l’homme de Tchaourou les cauris seraient broyés par les deux géants partis de la mouvance sans état d’âme. Donc, il était clair que la participation des Fcbe à ces joutes se présentait comme un fiasco puisque sans Yayi, le parti était vu comme une coquille vide.
Mais, une fois encore, le peuple est en train de démontrer que la guerre de leadership au sommet de ce parti de l’opposition n’entache en rien leur attachement au parti fondé par Yayi et que la Fcbe continue d’exercer sa suprématie sur certaines circonscriptions électorales du Bénin.
Alors, on retiendra de ces dernières joutes que même s’étant retiré de son parti pour des raisons de convenances personnelles, l’ombre de Yayi demeure sur la Fcbe vue comme le patrimoine politique de l’homme après dix ans de pouvoir. Car pour la plupart des populations béninoises, il est inconcevable de parler du parti des cauris sans penser à Boni Yayi qui reste dans les faits indissociable de cette formation politique.
Ainsi donc, si sans Boni Yayi, les Fcbe ont pu faire douter les géants de la mouvance par endroit, qu’en serait-il si l’homme fort de Tchaourou avait eu la chance de descendre sur le terrain en chair et en os avec son traditionnel discours séducteur emprunt de pitié et parfois teinté de larme ?

Edouard ADODE

Article Categories:
A la une · Editorial

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru