ÉDITO : Yaya plonge Yayi!

4 ans ago | Written by
17 896 vues
0 0

ÉDITO

Yaya plonge Yayi!

Depuis son retour au bercail, l’ancien président béninois Thomas Boni Yayi se montre très occupé par la situation qui prévaut au sein de son parti politique qui reste jusque-là déchiré par une crise interne dont la résolution n’est certainement pas pour demain. Au moment où le président d’honneur des Fcbe multiple réflexions et prières afin que l’unité puisse revenir au sein de sa famille politique, c’est alors qu’il fut réveillé par le bruit des propos racistes d’un de ses anciens ministres à Parakou. Cet ancien ministre qui voulant démarrer la machine Fcbe dans la cité des Kobourou, passa à la hâte la vitesse avant le démarreur sans prendre au préalable la précaution de tenir l’embrayage.

Par conséquent, la machine Fcbe se retrouve à présent à terre avec de nombreux dégâts moraux face auxquels les excuses de Yarou et Hounkpè sont presqu’impuissantes. Puisqu’une bonne partie de la population de cette ville qui est considérée comme l’un des fiefs des cauris, se sent humiliée avec la peur au ventre craignant ce que pourraient cacher ces propos venant de la part d’une éminente personnalité politique du Bénin.

Dans cette ambiance confuse, Yaya vient ainsi aggraver les soucis de Boni Yayi qui éprouvait déjà assez de peines pour son parti qui semble être sous le joug d’une malédiction. D’ailleurs, ces propos d’Aboubacar Yaya résonnent dans la tête de bon nombre de béninois qui n’ont pas hésité à les rapprocher à ceux de l’ancien président qui, sous l’effet de la colère, menaçait de faire venir les siens de l’intérieur pour un affrontement.

Alors, c’est à croire que le parti de Boni Yayi a en sourdine une philosophie contraire à l’unité nationale prônée par la constitution et dont les bases ont été jetées par le feu Général Mathieu Kérékou ; ceci malgré l’ancrage de ce parti dans toutes les parties du pays. Par ailleurs, au vue de la période où se déroulent malencontreusement ces faits, les Fcbe auront du mal à convaincre les électeurs si éventuellement elles participaient aux prochaines joutes.

Yaya vient ainsi donc de plonger les cauris qui se débattaient vaille que vaille pour émerger sous la rupture.

Edouard ADODE

Article Categories:
A la une · Editorial

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru