FACE A LA PROPAGATION DU COVID-19, Reckya Madougou se met dans la lutte

4 ans ago | Written by
14 429 vues
0 0

FACE A LA PROPAGATION DU COVID-19,

Reckya Madougou se met dans la lutte

.« Le coronavirus tue en Afrique aussi. Réveillons-nous », alerte l’amazone

Nul ne sera de trop dans la lutte contre la pandémie du Covid-19 qui met le monde entier dans un émoi sans précédent. C’est ce qui justifie les différents messages de diverses personnalités à travers le monde sur les moyens de prévention de cette pandémie. Ainsi, Reckya Madougou, une figure emblématique de l’Afrique s’est aussi mise dans la danse pour que son continent soit sauvée le plutôt que possible. Voici le message de l’amazone à l’endroit de toute l’Afrique au sujet de ce virus sauvage.

Edouard ADODE

« Que d’informations et de contradictions non encore élucidées sur cette pandémie. En plus d’être une épidémie sanitaire, le « Covid-19 » est désormais un ennemi planétaire commun. Il angoisse, frappe le récif de nos sérénités, tourmente les interactions sociales, menace nos espérances et interroge notre humanité.

Plus proche de nous que jamais, le Coronavirus déstabilise déjà nos économies. Et alors, plus de 200 000 cas ont été signalés dans le monde, plus de 233 cas en Afrique de l’Ouest et plus de 8 000 vies déjà perdues, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) vient d’alerter les Etats africains en les invitant à se préparer au pire. Sinon au drame. Faiblement atteints depuis l’apparition du Covid19, selon les chiffres officiels, les pays africains auront tort de croire qu’ils sont à l’abri ou sont bien loin des déflagrations de cette crise sanitaire dont les conséquences sont multi sectorielles. Il s’annonce que bientôt l’épicentre de la pandémie se déplacera vers l’Afrique.

Le plus inquiétant est que je découvre encore des publications aussi farfelues qu’irresponsables tendant à faire croire que l’Afrique serait épargnée des affres du Coronavirus. Et pourtant, pas loin de nous, dans un pays d’Afrique de l’Ouest, notre sous-région a connu son premier cas de décès du Coronavirus ce 18 mars 2020 au Burkina Faso.
Au-delà du caractère anecdotique des premiers cas dénombrés dans nos pays, l’urgence est d’opter pour des restrictions et protocoles responsables efficaces. Deviennent urgentes les mesures radicales visant à limiter essentiellement les rapports sociaux en passant par la prohibition des rassemblements et même les interdictions de voyages non indispensables avec un confinement de la population dans les zones à risque élevé.

La stratégie censée être déployée par les gouvernements doit s’inscrire dans un triptyque : freiner l’introduction du virus, stopper sa propagation et atténuer les éventuels effets. Cela n’est possible après la prise des mesures que si ces dernières sont accompagnées par des dispositifs de mise en œuvre efficients, de sensibilisation et de suivi tels que les brigades mobiles de contrôle et de surveillance. Autrement, les dégâts seront incommensurables et les chaînes de transmission et de propagation du virus ne s’arrêteront pas de si tôt dans nos pays dont les dispositifs sanitaires sont déjà faibles.

Le Covid19 se transmet plus vite et facilement. Même s’il tue moins qu’il ne contamine, il reste tout de même une menace sans précédent. Chaque Africain que nous sommes aujourd’hui a une responsabilité historique dans la préservation de notre continent de la propagation du coronavirus, à travers les #gestes barrières et le strict respect des directives internationales et pays. Nous devons également nous employer chacun à la sensibilisation des nôtres dans les villes et de nos parents dans les campagnes, tout en nous gardant de partager les fausses nouvelles (fake news) irresponsables sur une quelconque faiblesse du coronavirus en Afrique ».

Article Categories:
A la une · Internationale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru