MASSIOUDOU ADAMOU SOULE A PROPOS DES CLASSES ET ASSOCIATIONS SPORTIVES : «  Les gens vont nous voir détecter les talents qui vont défendre les couleurs nationales à l’étranger »

6 ans ago | Written by
13 893 vues
0 0

MASSIOUDOU ADAMOU SOULE A PROPOS DES CLASSES ET ASSOCIATIONS SPORTIVES
«  Les gens vont nous voir détecter les talents qui vont défendre les couleurs nationales à l’étranger »

Dans le but de promouvoir la pratique du sport et la détection des talents, le gouvernement de la rupture a initié un vaste et ambitieux programme sportif au profit de la jeunesse. Un an après sa phase d’essai et à l’orée d’une nouvelle année scolaire qui annonce le démarrage de sa seconde phase, votre journal, Daabaaru, s’est rapproché de Massioudou Adamou Soulé, Directeur départemental du tourisme, de la culture et des sports du Borgou pour faire le bilan de l’année écoulée et les perspective pour l’année scolaire qui s’annonce. Lisez plutôt…

Daabaaru : Monsieur le Directeur, quel bilan faites-vous des classes et associations sportives dans votre département après une année d’essai ?

Massioudou Adamou Soulé : Notre ministère a institué le programme des classes sportives en 2017. L’année 2017 a connu le démarrage effectif des activités avec le recrutement des encadreurs, l’identification des élèves. A partir de janvier 2018, la phase active a commencé. Je disais donc, depuis 2017, il a été question d’identifier les agents encadreurs à travers un avis d’appel à candidature. Les acteurs recherchés ne doivent pas être des agents permanents de l’Etat ou des agents contractuels de l’Etat. Ainsi, tous les autres sont éligibles. Au début de cette phase d’essai, on a non seulement identifié, formé les encadreurs ; on a aussi identifié et inscrit les apprenants selon les disciplines qu’ils ont choisi eux-mêmes. Le but de ce programme est de promouvoir la pratique du sport. Il y a aussi un autre objectif qui est caché derrière. Les encadreurs ne doivent pas être des agents de l’Etat. Cela veut dire que c’est une activité qui donne de l’emploi aux jeunes. Les encadreurs ont eu chacun un contrat. Certes, ce sont des contrats d’essai de trois mois, mais chacun a bénéficié d’un salaire de 80mille francs, entièrement payé. Précisons que ces classes concernent les établissements publics. La zone d’intervention, c’est les 76 communes, plus les 13 arrondissements de Cotonou. Ce qui fait 89 classes sur toute l’étendue du territoire. Et puisque, nous avions 5 disciplines par classe à savoir, le football, le handball, le basketball, l’athlétisme et les arts martiaux. Vous voyez qu’en termes de création d’emploi, on peut aussi se frotter les mains.

L’année scolaire 2017-2018 a connu d’énormes perturbations. Quel a été l’impact des grèves sur vos activités ?

L’année a connu des perturbations à cause de la grève des enseignants. Ces grèves ont pesé sur l’initiative du gouvernement qui désire faire de cette activité un premier choix dans les disciplines concernées. Cela n’a pas émoussé l’ardeur de notre ministre qui a à cœur cette activité et qui en fait une priorité. C’est pour cela nous avions gardé nos encadreurs. Ajoutons, qu’à côté des classes sportives, nous avions aussi des associations sportives. N’eut été cette grève, le bilan serait encore meilleur. Avant la rentrée prochaine, la deuxième phase sera lancée.

Quelle distinction existe-il entre classe sportive et association sportive ?

Les classes sportives, c’est au niveau des établissements et elles concernent les élèves de la classe de 6è jusqu’en terminale. Au niveau de ces classes, ce sont les directeurs départementaux qui suivent quotidiennement les activités. Chaque mois, il y a un rapport sur chaque encadreur et la réalisation effective des activités. Ce qui a d’ailleurs justifié les salaires que l’Etat leur a payés à travers un compte unique ouvert par le ministère sur les comptes personnels de chaque encadreur. Les associations sportives prennent en compte les élèves et la population de moins de 20 ans. Les disciplines concernées sont les mêmes à l’exception des arts martiaux. Par ailleurs, les associations sportives prennent non seulement en compte la zone d’intervention des classes sportives mais prennent aussi en compte les 4 universités. Les associations ont aussi 2 types d’encadreurs par discipline. Ce sont les comités communaux qui pilotent les activités des associations sportives. Ces comités sont composés du maire de la commune, le chargé des sports de la mairie, les directeurs départementaux…

Certains qualifient la décision instituant ce programme de décision de bureau, une décision irréalisable sur le terrain. Qu’est ce que vous répondez ?

Je ne sais pas sur quelle base, ils le disent. On qualifie une décision de bureau lorsque les acteurs qui décident restent dans les bureaux pour décider. Ce sont des affirmations gratuites. Vous avez été témoin de notre descente sur le terrain. Ce n’est pas seulement le Borgou qui a fait cette descente sur le terrain mais tous les départements du Bénin. C’est une décision réelle. D’abord les contrats avec les encadreurs constituent une réalité. Il y a eu effectivement des activités sur le terrain. Ce n’est pas quelque chose qui est caché au public. J’ai les photos pour prouver mes dires. Les compétitions interclasses sportives et associations sportives auront lieu, si tout va bien. Les gens vont nous voir détecter les talents qui vont défendre les couleurs nationales à l’étranger.

Un appel à l’endroit de vos partenaires de l’enseignement ?

Mon appel ce n’est pas uniquement à nos partenaires de l’enseignement, mais à toute la population et particulièrement la jeunesse. Il faut que les jeunes comprennent que ce programme est une opportunité. Avec ce programme, il y aura des infrastructures à réaliser, la formation des encadreurs, l’identification des talents. C’est pourquoi j’appelle tout le monde à accompagner le gouvernement pour rendre plus attrayant ce programme.

Propos recueillis par Kassim MAMA

Article Categories:
Éducation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru