SOUTENANCE DE THÈSE DE DOCTORAT À L’UNIVERSITÉ DE PARAKOU : Ibrahima Issahou élevé au grade de docteur en sciences agronomiques

3 jours ago | Written by
61 vues
0 0

 

A la salle de réunion de la Faculté d’Agronomie (Fa) de l’Université de Parakou (Up), s’est déroulée le vendredi 7 juin 2024, la soutenance de thèse de doctorat de Ibrahima Issahou. Il a mené ses travaux de recherches à l’Ecole Doctorale des Sciences Agronomiques et de l’Eau (Edsae) de l’Up. Au terme de la présentation de ses résultats, il a été élevé au grade de docteur en sciences agronomiques, option agroéconomie, spécialité Économie des Ressources Naturelles (Ern) avec la mention très honorable. Cette soutenance a connu la présence des parents et amis de l’impétrant.

La rédaction


L’Université de Parakou à travers l’Ecole Doctorale des Sciences Agronomiques et de l’Eau (Edsae) vient d’enregistrer une fois encore un nouveau docteur. Ibrahima Issahou, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a défendu son travail portant sur le thème « Impact de la contractualisation sur l’efficacité technique et le bien-être des ménages producteurs de soja au Bénin ». A travers sa présentation, l’impétrant est parvenu à convaincre et séduire le jury présidé par le professeur Affouda Jacob Yabi. Ce qui lui a valu la mention très honorable.
Selon le tout nouveau docteur Ibrahima Issahou les « producteurs ont des difficultés à répondre aux normes et aux exigences techniques du marché en matière de qualité des produits voire de quantité ». La solution que ceux-ci ont trouvé pour y remédier, est un accord écrit ou non entre un producteur et un prestataire. C’est la raison pour laquelle dans le cadre de ses recherches, il s’est donné pour objectif principal, « d’analyser l’impact de la contractualisation sur l’efficacité technique et le bien-être des ménages producteurs de soja au Bénin ». Il lui revenait de façon très spécifique, de caractériser les différentes formes de contractualisation pratiquées par les producteurs de soja, d’analyser les déterminants de l’adoption des différentes formes de contrats par les producteurs de soja, d’évaluer l’effet de la contractualisation sur l’efficacité technique des exploitations productrices de soja, et d’évaluer l’impact de la contractualisation sur le bien-être des ménages producteurs de soja au Bénin.
Après de profondes analyses, les travaux de recherche de Ibrahima Issahou ont révélé que « le contrat de production, le contrat de commercialisation, le contrat de stockage et le contrat traditionnel de préfinancement appelé « Agbatèrè », étaient les quatre formes de contrats connues et pratiquées par les acteurs ». Aussi, il s’est avéré que la formation en production du soja, l’échange avec les pairs, l’expérience dans la production du soja et l’utilisation de variété améliorée déterminent l’adoption de la contractualisation de façon positive et significative (au seuil de 5%). A en croire Ibrahima Issahou, tout ceci « permettra aux producteurs d’aller vers les contrats en toute connaissance de cause pour accroître leur efficacité, leurs revenus et leur bien-être ». Dans son travail de recherche, Ibrahima Issahou a recommandé son travail scientifique aux décideurs des politiques agricoles et autres acteurs de la filière soja afin de mieux identifier et orienter les actions selon les cibles.

Au terme de la soutenance, le président du jury a adressé à l’impétrant, de vives félicitations tout en l’exhortant à ne pas s’arrêter en si bon chemin. A sa suite, le Dr Epiphane Sodjinou, directeur de cette thèse l’a invité à prendre en compte les suggestions des membres du jury pour améliorer la qualité scientifique de son travail. Il l’a également convié à mener beaucoup plus de recherches pour apporter des solutions aux obstacles de développement de sa communauté.
Rappelons qu’en 2020, Ibrahima Issahou a obtenu dans la même faculté, son Master Recherche avec la mention très bien. Depuis 2023, il exerce en tant qu’auditeur interne à l’Agence Nationale de Contrôle de Qualité des produits de santé et de l’eau (Ancq) au ministère de la Santé à Cotonou. De même, il était auditeur interne au ministère de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche pendant ses recherches.

Article Categories:
A la une · Actualité · Économie · Nationale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru