OPÉRATION RAVIP À PARAKOU : Les populations décrient le manque d’agents

1 an ago | Written by
7 010 vues
0 0

L’opération de Recensement Administratif à Vocation d’Identification de la Population (Ravip) qui a démarré depuis le lundi 6 mars 2023, se poursuit dans les différents arrondissements de la ville de Parakou. Du premier au troisième arrondissement, la population qui mesure l’importance de cette énième chance est sortie massivement pour se faire enrôler.

Les personnes ayant manqué les dernières opérations d’enregistrement au Ravip tentent de se rattraper, pour cette nouvelle phase. À l’instar des autres communes du Bénin, « l’opération d’enrôlement a bel et bien démarré dans les trois arrondissements de Parakou. Les populations ont pris conscience qu’il faut sortir massivement pour se faire enrôler », a fait savoir Adamou Idrissou Sylla, Chef du deuxième arrondissement de Parakou. Contrairement aux deux précédentes phases d’enrôlement, celle-ci n’exclut aucune catégorie de la population. Ainsi, toutes les personnes n’ayant jamais fait l’enrôlement Ravip, sont concernées. Récemment, les personnes enrôlées n’avaient pas immédiatement eu leurs récépissés dans leur majorité, mais pour cette fois, aussitôt la personne enregistrée, aussitôt elle reçoit le récépissé Ravip. « Une fois l’opération faite, on leur permet de rentrer automatiquement en possession de leur récépissé Ravip », a rassuré le Chef du deuxième arrondissement.

Sur le terrain, les agents enrôleurs disposent de tout le matériel nécessaire pour la bonne marche du travail. Cependant, des plaintes se font entendre dans le rang des parakois. Et pour cause, certains passeraient plusieurs jours sans avoir satisfaction. Pour les personnes qui ont eu la chance d’être servies, cela n’a pas été du tout facile. Les populations pointent du doigt, le nombre insuffisant des agents. C’est ce que dénonce Baolla Adidjath, « Je viens ici depuis le vendredi, je n’ai pas encore trouvé. Je suis venu à 5 heures aujourd’hui mais jusque-là, rien. Ça ne va pas. Il n’y a que quatre agents pour enrôler tout ce monde. Le personnel est insuffisant ».

Tout comme elle Mohamed Seydou souhaite que les autorités en charge de l’opération, renforcent l’effectif de ces agents sur le terrain afin de faciliter le processus d’enrôlement. « S’il pouvait avoir deux ou trois bureaux là ils allaient recevoir plus de gens et l’enrôlement allait vite évoluer », a t- il laissé entendre. Pour le Ca Adamou Idrissou Sylla, la date de la fin de l’opération n’est pas encore connue mais, il faudrait que la population sorte tôt afin de ne pas le regretter.

Aux personnes qui avaient rencontré de difficultés lors des précédentes phases, l’autorité a rassuré que les travaux sont en cours pour que cela soit réglé le plus tôt possible.

Florent YAMA et Huguette LAWANI (Stgs)

Article Categories:
Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru