POUR L’ÉMANCIPATION DES FEMMES AU BÉNIN : L’Awdf appuie Sin-do Ong

5 ans ago | Written by
18 399 vues
0 0

POUR L’ÉMANCIPATION DES FEMMES AU BÉNIN

L’Awdf appuie Sin-do Ong

Lors de son séjour de suivi-évaluation en terre béninoise du 30 au 31 Juillet 2019, l’AWDF a tenu une séance de travail avec les membres de l’organisation non gouvernementale SIN-DO, une société qui promeut l’émancipation et l’épanouissement de la femme. A l’instar des autres partenaires béninois visités par l’AWDF, SIN-DO ONG n’a pas démérité ; tant par la nature des activités menées sur le terrain que par les résultats atteints. L’organisation à fait preuve de professionnalisme dans le processus de transformation de la femme soumise ou dominée en une femme épanouie, pierre angulaire du développement de la communauté à laquelle elle appartient.

SIN-DO couvre une large zone d’intervention :six (06) départements de la partie méridionale et centrale sur les douze (12) que compte le Bénin avec une prédominance des activités dans les départements de l’Atlantique, du Littoral et du Zou ; les Collines, le Mono et le plateau étant très peu occupés.
Sur cette vaste région, les membres et décideurs se sont lancés pour défis, la lutte pour l’épanouissement de la femme, la lutte contre la pauvreté avec pour finalité le bien-être de la femme et de sa communauté.

Aux dires des leaders de cette organisation au cours des échanges, la marginalisation de la femme africaine, celle béninoise en particulier découle de la faiblesse financière de cette dernière. Tant en revenue qu’en épargne, toutes choses égales par ailleurs. Il se pose ainsi la problématique du revenu et de l’épargne de la femme au sein du foyer. L’ONG SIN-DO s’est donc donné pour mission d’amener les femmes à se mobiliser afin de créer des sources de revenus et d’en tirer des bénéfices.

Au préalable, un renforcement de capacité en gestion financière est initié à l’endroit des bénéficiaires après être organisée en structure coopérative ou associative selon le cas. Pour mieux soutenir le système ainsi conçu, SIN-DO met en place une équipe de suivi et d’orientation qui constitue un guide. Celle-ci aura pour mission, l’avancée des groupements et associations.

Une fois cette étape atteinte, et une stabilité financière amorcée, l’ONG entame une série de sensibilisation des femmes notamment sur les violences qui leurs sont faites, les avantages de la scolarisation des filles et leurs maintiens, les droits de la femme etc. Plusieurs changements sont opérés de ce fait dans les habitudes des populations cibles. On peut citer entre autres, l’implication de la femme dans les instances de prise de décision sociale que politique ( Femmes élues cheffes quartier, huit au total ou même conseillère d’arrondissement, femmes héritières de terres ce qui n’était pas le cas), l’accroissement du taux de scolarisation des filles, le respect des normes d’hygiène dans les écoles, les maisons et autres lieux fréquentés, la chute des proportions des personnes affectées par les maladies tropicales, l’implication des femmes aux travaux de développement aux côtés des hommes, l’organisation des activités récréatives au profit des enfants….

Toutefois, l’ONG et ses bénéficiaires sont toujours confrontés à un certain nombre de difficultés, chacun en ce qui le concerne. Réunies dans la localité de WawataTodja (Commune de ZE) pour la circonstance avec la délégation de l’AWDF, les membres de plus d’une trentaine de groupements et d’associations sous l’égide des responsables de SIN-DO ONG, reviennent sur le phénomène du mariage forcé des filles qui persiste encore, le manque de plantations au nom des femmes, le manque ou l’absence totale d’électricité. Parmi les difficultés qui entravent le bon fonctionnement de l’ONG SIN-DO figure en bonne place l’insuffisance des ressources humaines, matérielles et financières en vue d’un suivi efficace des activités.

Malgré toutes ces difficultés, SIN-DO ONG n’a pas omis ses perspectives au regard de son partenaire l’AWDF. Elle entend mettre en œuvre un plan de développement de la femme, assurer l’autorité de celle-ci sur son mode de gestion et mettre fin à la marginali-sation dont sont victimes les femmes.

Les visiteurs ont à leur tour salué le degré d’engagement des membres de l’Organisation Non Gouvernementale et surtout les résultats atteints.

A. ALAGBE

Article Categories:
A la une · Nationale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru