PRÉVENTION DES CRISES POST-ÉLECTORALES AU BÉNIN : L’Ong Apdi outille les Osc et les acteurs politiques

3 ans ago | Written by
13 452 vues
0 0

 

Les participants

Mariano de-Souza, représentant de la Cena
L’Organisation non Gouvernementale (Ong) Action pour le Développement Inclusif (Apdi) est préoccupée par les crises post-électorales enregistrées en Afrique en général et au Bénin en particulier. Pour prévenir ces incidents qui deviennent de plus en plus récurrents, les acteurs politiques et la société civile ont un grand rôle à jouer. L’Ong Apdi de Jean Kouton a, à cet effet, organisé un atelier de formation à leur intention le vendredi 4 décembre 2020 pour les mettre face à leur responsabilité en prélude à la présidentielle d’avril 2021. C’était à l’Infosec de Cotonou en présence d’anciens ministres, de responsables de partis politiques et de la Commission Électorale Nationale Autonome (Cena)
Samira ZAKARI

Prévenir les crises post-électorales au Bénin et en Afrique, c’est l’objectif de l’atelier de formation organisé par Jean Kouton de l’Ong Apdi, à l’endroit des acteurs politiques, de la société civile et de la Cena.

Le président Jean Kouton a, dans son discours d’ouverture de l’atelier, rappelé les violences enregistrées dans certaines localités du Bénin lors des dernières élections législatives fortement contestées. Une situation qui selon lui, a entaché le vivre ensemble et la cohésion qui a toujours régné dans le pays. Ainsi, en prélude à l’élection présidentielle dont le processus électoral est déjà remis en cause par une partie de la classe politique, il est urgent selon le président de l’Apdi, de prendre des dispositions pour des élections libres et transparentes dans un climat de paix. C’est pour, « contribuer à relever ces défis que l’atelier de ce matin est organisé. En prenant une telle initiative avec nos peu de moyen, l’Ong Action pour le Développement Inclusif (Apdi) à l’ambition d’apporter sa modeste contribution à une analyse approfondie des réalités politiques qui entourent le processus électoral au Bénin sous les réformes du système partisan », s’est exprimé Jean Kouton tout en invitant les participants à mettre de côté leur considération politique pour de réelles réflexions qui permettront de préserver la paix.
Amissétou Affo Djobo, député à l’Assemblée Nationale (An) sous le régime du président Boni Yayi, Mariano de-Souza représentant la Cena et les structures de la société civile présents à l’atelier ont, à travers des communications, exposé les causes des violences post-électorales de 2019 ainsi que le rôle des acteurs politiques dans la législation des textes électoraux et leur respect.

À en croire l’ancienne parlementaire Amissétou Affo Djobo, la non applicabilité des textes et le manque de dialogue peut entraîner des violences. Et en prenant le cas du processus électoral en cours actuellement qui exclu certains partis politiques, elle a fait remarquer que ce processus n’augure pas d’une élection présidentielle apaisée. Pour Amissétou Affo Djobo, la prévention de crise dans le contexte actuel, serait de créer des conditions favorables à la participation de tous les partis politiques désireux, au scrutin du 11 avril 2021.
De son côté, le représentant de la Cena Marino de-Souza a invité les acteurs politiques à faire confiance aux institutions et organes spécialisés dans l’organisation des élections au Bénin. Il a, dans sa communication, précisé qu’il ne ressort pas du pouvoir de la Cena de prendre des décisions à la place du parlement. « La Cena travaille dans une impartialité totale dans le respect des textes de la République tout en offrant les mêmes chances aux partis politiques en compétition dans une élection », a rassuré le représentant de la Cena.
Rappelant les obstacles présents dans le code électoral et la constitution, les participants se sont désolés du rôle joué par la Cena lors des législatives de 2019. Par ailleurs, selon l’ancien ministre Saliou Akadiri, il y a urgence que la liste électorale soit auditée avant les élections de 2021. Aussi, a t-il exhorté le gouvernement actuel à faire du consensus une valeur en politique.
Dans le panel intitulé « la société civile pour la transparence et la paix », les participants ont passé au peigne fin, les actions menées par les Osc de 2015 à 2020 pour la préservation de la paix. Selon le représentant de Wanep Bénin, les Organisations de la Société Civile (Osc) ont joué un rôle important dans la préservation des violences et la gestion de crises enregistrées lors des scrutins. Ceci s’explique par la création de la chambre de situation et le suivi rigoureux des différentes élections.
Au terme des assises, les participants se sont dans l’ensemble réjouis de l’organisation de cet atelier qui permettra aux différents acteurs de jouer le rôle qui est le leur pour des élections sans violence.

Article Categories:
A la une · Actualité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru