REÇU À L’OCCASION DE BÉNIN DAABAARU TOUR : Bio Tian Zimé affirme que « la prison de Ségbana n’a aucun trou »

2 ans ago | Written by
19 177 vues
0 0

D’une superficie de 4 471 Km2, Ségbana est une commune située au nord-est du Bénin, dans le département de l’Alibori. Elle est frontalière avec le Nigeria. C’est l’une des communes les plus célèbres dans l’histoire révolutionnaire. Mais d’où tient-elle sa célébrité ? Le maire Bio Tian Zimé parle de la prison de Ségbana qui a rendu célèbre cette commune. C’était au détour d’un entretien exclusif accordé le 8 mars 2022, à une équipe de la rédaction de la chaîne numérique Daabaaru Tv à l’occasion de la deuxième édition de « Bénin Daabaaru Tour ».

Selon le maire Bio Tian Zimé, Ségbana était tristement célèbre à cause de la prison civile de la commune. « Ségbana a vécu beaucoup de conséquences à cause de sa prison civile. Aucun fonctionnaire de l’État ne voulait venir à Ségbana pour servir la communauté à cause de la prison. Ce qu’il faut savoir également, c’est que ce n’était pas les prisonniers ordinaires qui étaient envoyés à Ségbana mais plutôt les prisonniers politiques » a-t-il fait savoir tout en ajoutant que l’histoire de Ségbana n’était pas seulement liée à la prison civile mais aussi, l’enclavement. À la question du journaliste Barnabas Orou Kouman de savoir la particularité de la prison civile de Ségbana, l’autorité communale répond que « la particularité de la prison civile de Ségbana, c’est qu’elle est mieux supportable. Contrairement aux prisons de Parakou, de Cotonou et bien d’autres où il est très difficile à vivre, les prisonniers se sentent plus ou moins mieux à la prison civile de Ségbana. C’est le président Zinsou qui avait décidé de mettre en place cette prison en 1964 […] La prison de Ségbana est la plus petite prison du Bénin mais vous ne verrez jamais un trou dedans ».

Ainsi, pour changer cette mauvaise image qui est collée à la commune de Ségbana, le maire Bio Tian Zimé a indiqué que plusieurs actions ont été entamées depuis quelques années au sein du conseil communal. « Je fus l’un des premiers conseillers communaux de Ségbana. Étant un fils de Ségbana, cette image ne nous plaisait pas. C’était comme un fardeau pour nous. Ainsi, la première action que nous avons faite, c’était de travailler avec des journalistes et nous avons fait en son temps, un documentaire sur la prison civile de Ségbana. On a parlé à la communauté nationale et internationale. L’autre objectif était de marquer la commune de Ségbana qui se trouve à la frontière à travers un hôtel de ville de qualité et cela est atteint. Et nous sommes heureux qu’on parle aujourd’hui de moins en moins de la prison civile de Ségbana », a souligné le maire.

Par ailleurs, le maire Bio Tian Zimé rassure que plusieurs d’autres projets sont en cours afin de donner une autre image à la prison civile de Ségbana. Ce qui va contribuer inéluctablement au développement de la commune.

Daniel KOUAGOU

Article Categories:
A la une

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru