REPRÉSENTATIVITÉ DES FEMMES À L’HÉMICYCLE EN 2023 : 24 sièges, un test grandeur nature pour les partis

3 mois ago | Written by
13 810 vues
1 0

Les préparatifs vont bon train pour la tenue effective des élections législatives de janvier 2023 au Bénin. Les deuxièmes que connaîtra le Bénin à l’ère de la rupture. Ainsi, c’est l’effervescence totale au sein des différentes chapelles politiques. Les ténors des partis multiplient déjà les activités de mobilisation des militants à la base afin de tirer le gros lot de ces élections qui se veulent de taille. De même, les pourparlers sont déjà en cours dans la plupart de ces formations politiques pour le positionnement des candidats qui, une fois élus, siégeront à l’Assemblée Nationale (An) au nom de leurs partis pour défendre les intérêts du peuple.

Au-delà de la mission principale de ces partis, aussi bien de la mouvance que de l’opposition, qui est de réussir à envoyer un grand nombre de députés à l’hémicycle, ils ont également la responsabilité de relever le défi de forte représentativité des femmes au parlement pour ces législatives. Le faire, c’est réaliser le rêve du président Patrice Talon qui aspire à un parlement où les femmes sont fortement représentées pour défendre leurs intérêts.

L’occupation des 24 sièges réservés aux femmes, un test grandeur nature pour les partis politiques

Pour cette 9ème législature, 24 sièges sont réservés aux femmes à l’Assemblée Nationale (An) selon l’article 144 du code électoral et l’article 26 de la constitution en vigueur au Bénin. Une bonne nouvelle qui permettra de corriger la discrimination faite à l’endroit de cette couche en politique. Et l’occupation de ces sièges ne pourra être une réalité sans la volonté manifeste des ténors des partis politiques qui sont en majorité des hommes. Car, une chose est que ces femmes expriment leur volonté de participer à ces joutes, mais l’autre est qu’elles soient positionnées par leurs partis afin de prouver de quoi elles sont capables.

Délaissées malgré leurs forces politiques

L’engagement des femmes en politique n’est plus à démontrer depuis quelques années au Bénin. Ce secteur qui d’antan était prioritairement réservé aux hommes, connaît depuis quelques années l’émergence d’une catégorie de femmes qui séduisent par leur engagement à briser le mythe selon lequel “la politique n’est pas faite pour les femmes”. Même si elles n’arrivent pas à être à la tête de leurs propres partis, elles s’échinent néanmoins bec et ongles, pour le rayonnement et le développement des partis dans lesquels elles évoluent en tant que membres. Malheureusement, elles ne sont pas récompensées à la hauteur de leurs efforts, car lors des partages, elles sont obligées de se contenter des petits postes qui ne leur permettent pas de révéler toutes leurs potentialités. C’est donc pour corriger cette injustice que le code électoral a décidé d’opter pour la discrimination positive en faveur de celles-ci avec ces 24 sièges à elles réservés au parlement grâce à la volonté affichée du chef de l’État. Dans chaque circonscription électorale, l’on a des femmes qui grâce à leur activisme, leur dynamisme et leadership, bénéficient de la confiance sans réserve des populations. Les positionner permettra avant tout de renforcer la visibilité et la notoriété de ces partis qui visent tous à être incontournables dans l’arène politique béninoise.

Les regards sont donc désormais tournés vers les responsables des différents partis politiques, qui maintenant plus que jamais doivent manifester leur volonté d’accompagner ces femmes politiques en les positionnant sur les listes de candidatures.

Samira ZAKARI

Article Categories:
A la une · Nationale · Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.