SECURITE PUBLIQUE : Les élus locaux de Banikoara informés et sensibilisés sur leurs rôles

4 ans ago | Written by
6 899 vues
0 0

SECURITE PUBLIQUE
Les élus locaux de Banikoara informés et sensibilisés sur leurs rôles

La salle de délibération de la mairie de Banikoara a servi de cadre le mardi 18 septembre dernier à une importante séance d’information et de sensibilisation des élus locaux, chefs de villages et de quartier de ville sur leurs rôles en matière de sécurité. Les travaux ont été conduits par les deux chargés de mission du préfet Mohamadou Moussa en présence du premier adjoint au maire Zimé Bio Agbenga et du représentant de la police Républicaine.
C’est dans une salle pleine à craquer que les deux émissaires du préfet Mohamadou Moussa ont présenté, en langue locale Baatoonu, leur exposé. Le décor a d’abord été planté par le Cm Bani Assouma qui a précisé le contexte de la rencontre.
En effet, la sécurité des personnes et des biens reste une préoccupation majeure du gouvernement de la Rupture. Ainsi, la commune de Banikoara, très vaste et faisant frontière avec le Niger et le Burkina Faso, mérite d’être bien quadrillé au plan sécuritaire. C’est pourquoi le chargé de mission, Isaac Guerra a rappelé aux élus et chefs de villages et de quartiers de ville, leur devoir de veiller et de suivre les mouvements de tous citoyens, particulièrement l’infiltration des personnes étrangères dans les différentes localités. Ceci en collaboration avec les forces de sécurité publique. Aussi importe-t-il pour chaque élu local et chef de village de disposer d’un registre de suivi des mouvements des intrus dans les villages ou quartier de ville, a souligné l’émissaire du préfet. L’importance de s’informer et de dénoncer toute personne suspecte n’est plus à démontrer. Les autorités locales et communales devront intensifier les actions de sensibilisation à l’endroit de la jeunesse, a recommandé Isaac Guerra. Aussi a-t-il rappelé l’existence légale des comités locaux de sécurité institués par le gouvernement de la Rupture. Mais à l’en croire, ce mécanisme ne semble plus trop fonctionnel dans les communes de l’Alibori. C’est pourquoi, le porte-parole de la préfecture de Kandi a exhorté les autorités communales à réactiver les comités locaux de sécurité. Par ailleurs, le communicateur a rappelé aux élus locaux leurs attributions. « Vous n’êtes pas habilités à conduire des procès, à rendre des jugements », leur a-t-il martelé.
À la suite de son collègue, Assouma Bani a beaucoup insisté sur l’impérieuse nécessité pour tous les citoyens de partager l’information sur toutes situations susceptibles de mettre en péril la cohésion sociale. Et chaque citoyen est avant tout responsable de sa propre sécurité et celle collective.
Bref, la charte de sécurité publique a été, de long en large lue et expliquée à l’assistance.
Le porte-parole de la police Républicaine a pour sa part salué l’initiative de la préfecture de Kandi avant d’exhorter une fois encore la population à une franche collaboration avec les forces de sécurité publique.
Les participants, pour ce qui les concerne, ont dit avoir pris bonne note et s’engagent pour réduire considérablement l’insécurité dans la commune de Banikoara.

CIC MAIRIE DE BANIKOARA

Article Categories:
Au cœur des communes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.