THÈSE DE DOCTORAT SUR L’IMPORTANCE SOCIOÉCONOMIQUE ET CULTURELLE DU SERIN : Gildas Akueson révèle un oiseau rare non répertorié par l’Etat

2 ans ago | Written by
25 499 vues
0 0

Il est désormais détenteur d’un doctorat, en Aménagement et gestion des ressources naturelles obtenu à l’Ecole Doctorale des Sciences Agronomiques et de l’Eau (Edsae) de l’Université de Parakou. Gildas Akueson puisque c’est de lui qu’il s’agit, a soutenu avec brio sa thèse sur le thème « Serinus mozambicus (P.l.s Muller, 1776) au Nord Bénin : importance socio-économique diversité morphologique et habitat ».

Devant le jury présidé par le professeur Christine A. Ouinsavi, l’impétrant a donné les raisons du choix porté sur ce thème. A l’en croire, le Serinus mozambicus est une espèce d’oiseau qui participe à la déforestation et aide les producteurs à se débarrasser des insectes ravageurs dans les champs. Malheureusement, elle est aujourd’hui objet de convoitise à cause de ses prouesses acoustiques et son utilisation médico-magique. « Les connaissances sur les serins sont partagées différemment selon l’ethnie. L’activité a été estimée rentable pour tous les éleveurs (100%) avec un bénéfice net par mois estimé à 128 624 Fcfa », a renseigné l’impétrant avant d’ajouter que « toutefois, l’élevage de l’espèce dans la zone d’étude repose sur un système complexe où les acteurs développent de nombreux mythes autour des pratiques médico-magiques ». Pour ce faire, Gildas Akueson pense qu’il est nécessaire de passer l’étape de mythe à la science car dit t-il, « la recherche ne se limite pas aux animaux de grandes tailles. C’est une ressource biologique locale très importante dans certaines communautés du Nord-Bénin. Il faut la répertorier et la valoriser ».

La pertinence et la qualité du travail de recherche scientifique accompli par l’impétrant n’ont pas laissé indifférent le jury. Selon le professeur Toussaint Lougbégnon membre du jury, « Gildas Akueson fait partie des rares chercheurs à avoir effectué un travail scientifique de cette valeur ». Ses propos sont renchéris par la présidente du jury Christine A. Ouinsavi qui précise, « il a fait preuve d’une grande capacité scientifique et de communication. L’impétrant est un jeune chercheur très brillant que je suis depuis plusieurs années ».

Très admiratif du travail de l’impétrant, le jury a accepté de le porter au grade de docteur de l’Université de Parakou (Up) avec la mention très honorable et félicitations du jury.

Il faut noter qu’à travers son travail, le désormais docteur Gildas Akueson vient de révéler au monde, l’une des grandes valeurs touristiques non encore répertoriées par le ministère de la culture. Le scientifique espère que cet oiseau pourra désormais être intégré dans le patrimoine touristique culturel du Bénin grâce à sa recherche.

Samira ZAKARI

 

Article Categories:
A la une · Éducation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru