TRAGÉDIE DE LA VINDICTE POPULAIRE AU BÉNIN : La nécessité de protéger les agents de l’État

3 mois ago | Written by
8 445 vues
0 0

 

Un militaire a été tué par la vindicte populaire dans l’Atacora, à Datori, dans la commune de Cobly au Bénin. Cet acte violent, survenu dans la nuit du 05 au 06 décembre 2023, nous rappelle que chaque jour, des civils, des fonctionnaires et des militaires risquent leur vie au service de l’État.

Malheureusement, dans ce cas précis, un agent en mission a perdu la sienne, victime de la vindicte populaire lors d’une manifestation contre les mesures de lutte contre la sortie frauduleuse du soja.

Il est essentiel de réfléchir à cette tragédie et de prendre conscience de sa gravité. Ce militaire, en service, aurait pu être n’importe lequel d’entre nous. Chaque jour, nous sommes tous des agents de l’État, travaillant pour le bien-être de notre communauté.

Si un tel événement tragique s’était produit dans notre propre famille, cela aurait été un désastre et une immense perte. Cette victime laisse derrière elle des enfants, une femme et des proches qui auront besoin de soutien. Nous devons également nous rappeler que son salaire était justifié par la noble mission qu’il accomplissait au service du budget national dans un pays où les revenus fiscaux sont essentiels.

Il est important de souligner que ce militaire est mort en défendant les intérêts de l’État, contribuant à la lutte contre la fraude et cherchant à préserver les ressources du pays. Son courage et son dévouement méritent d’être salués.
Aux responsables de cet acte, je souhaite lancer un appel à la réflexion. Pensez aux conséquences de vos actes et à la construction d’une société juste et équitable. Utiliser la violence pour résoudre les problèmes n’est pas acceptable.

Ce militaire était engagé dans une mission visant à combattre l’économie informelle et à contribuer à la prospérité économique de son pays. Il méritait de gagner sa vie honnêtement, mais sa vie a tragiquement été prise lors d’une manifestation violente contre les mesures de lutte contre la sortie frauduleuse du soja. Sa mort laisse une famille dévastée, des enfants orphelins et une femme veuve.

Cet événement tragique nous rappelle que chaque jour, des civils, des fonctionnaires et des militaires prennent des risques pour le bien de la communauté. Nous devons prendre conscience de la gravité de cet acte et réfléchir à la société que nous voulons construire.

Plutôt que de répondre à la violence par la violence, nous devons chercher des solutions pacifiques pour résoudre nos problèmes. La préservation de la vie et de la sécurité de chaque individu doit être notre priorité, quel que soit son rôle au sein de l’État.

Au lieu de perpétuer les cycles de violence, nous devons encourager le dialogue, l’éducation et la sensibilisation pour trouver des solutions constructives. Chaque vie a de la valeur et il est de notre devoir de travailler ensemble pour construire une société juste et équitable.
En honorant la mémoire de ce fonctionnaire dévoué, nous devons nous engager à construire un avenir où la violence n’a plus sa place et où chaque individu peut exercer son métier en toute sécurité et fierté.

Le Scarabée

Article Categories:
A la une · Actualité · Nationale · Société

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru