UNE VIE UN MÉTIER : Zoom sur les expériences professionnelles de Yacoubou Alpha Abdoulaye . Retour sur les traces d’un ancien inspecteur du développement rural

2 ans ago | Written by
3 589 vues
0 0

UNE VIE UN MÉTIER

Zoom sur les expériences professionnelles de Yacoubou Alpha Abdoulaye

. Retour sur les traces d’un ancien inspecteur du développement rural

Celui qui est à l’honneur cette semaine pour le compte de la rubrique une vie un métier est un passionné du monde rural. Yacoubou Alpha Abdoulaye puisque c’est de lui qu’il s’agit s’est consacré durant 30 ans pour la cause de l’agriculture en tant qu’inspecteur de développement rural. Neuf ans après sa retraite, Yacoubou Alpha Abdoulaye revient sur les temps forts ayant marqué sa carrière dans le domaine agricole. Lisez plutôt.

Daabaaru : Quelles sont les raisons qui vous ont motivé à faire carrière dans le secteur agricole ?

Yacoubou Alpha Abdoulaye : Il faut dire tout d’abord que moi je suis un enfant d’agriculteur. Donc j’étais déjà en quelque sorte imprégné des réalités de ce monde là. Alors ce qui m’a encore plus motivé c’est un ami qui à l’époque travaillait déjà dans le domaine. Quand il venait au village, il me parlait un peu des avantages de son métier. C’est donc comme ça je me suis lancé pour mettre à contribution mes compétences dans le domaine.

Comment avez-vous donc intégré le monde agricole ?

J’étais en classe de première en 1976 quand l’État a lancé un concours. J’ai donc saisi cette chance. Il faut dire que le concours s’est déroulé en trois phases, la présélection, la sélection et l’entretien à Parakou et Porto-Novo. Une fois déclaré admis à l’issue de ces trois phases, on a été appelé pour le service militaire. On a pratiquement perdu une année à le faire et c’est après ça qu’on a été envoyé à nos postes respectifs.

Comment étaient vos débuts dans le métier ?

Parlant de mes débuts il faut dire que j’étais déjà en bon terme avec mes chefs hiérarchiques. Je me suis familiarisé rapidement. Voilà donc c’était un bon début pour moi.

Quels sont les avantages de votre métier ?

Il faut dire qu’un agent agricole est quelqu’un qui ne reste pas sur place, il est appelé à être aux côtés des producteurs afin de les aider à améliorer leurs anciennes pratiques par l’adoption de nouvelles méthodes. Et à ce niveau on gagne aussi en expérience car ça peut paraître banal mais les paysans sont des personnes qui en connaissent assez dans leur domaine mais qui ne savent pas comment valoriser cela. A travers leurs interventions on arrive à déceler des parts de vérités qui nous sont utiles. À cela il faut dire qu’a travers nos tournées au près des agriculteurs on bénéficie de beaucoup de cadeaux, des céréales, œufs, tubercules etc de leur part quand on ne se prend pas la tête. Aussi avait-on des moyens de déplacement à notre disposition et la carburation était assurée

Qu’en est-il des difficultés ?

Des difficultés, je n’en ai pas connues comme ça puisque comme je l’ai dit je suis une personne très chanceuse, j’ai toujours été rapidement adopté par mes chefs partout où je suis passé. Ce dont je peux parler comme difficulté, c’est la gestion des ressources humaines. Vu ma proximité avec mes chefs et mon sens de l’écoute et du travail, j’ai eu la chance d’être promu à des postes de responsabilité alors que des anciens étaient là avant moi mais non pas pu avoir cette chance là. Imaginez-vous être en train de gérer des gens plus âgés que vous, ce n’est pas du tout facile. Donc c’est ça.

Quel est le moment qui vous a marqué positivement au cours de votre carrière ?

Moment heureux, je n’ai pas une histoire particulière à vous raconter car ma carrière en grande partie a été heureuse. J’ai eu cette chance là que beaucoup n’ont pas eue quand j’étais en fonction. Je suis quelqu’un qui de façon naturelle aime se surpasser, j’aime me lancer des défis et je dirai même que c’est cela qui a fait ma récompense. Déjà tout jeune que j’ai embrassé ce métier, j’ai été promu au poste de Responsable de Développement Rural communément appelé Rdr. Les gens ont pris le soin de me suivre de près et ont voulu me mettre à l’épreuve pour voir comment je vais m’en sortir. Mais grande a été leur surprise quand ils ont vu que je me défendais bien à ce poste plus qu’ils ne l’imaginaient. Ce qui a fait que les chefs hiérarchiques demandaient toujours que mes collègues prennent exemple sur moi pour améliorer leur travail. Et je suis allé de promotion en promotion. Après le poste de Rdr et vu ma prestation à ce poste, ils ont estimé que je pouvais encore servir à la direction générale. Ainsi, j’ai occupé les postes de chefs services jusqu’à ma retraite. Ma retraite, elle a été également une séparation difficile, car il y en a qui ne voulait pas mon départ mais il fallait que je quitte ayant fini ma mission.

Une période malheureuse ?

Moment malheureux c’est ma maladie qui m’a maintenu alité pendant environs de 2 ans. Je suis un musulman pratiquant moi et une personne qui n’aime pas les faux jeux. Partout où je suis, j’aime toujours faire preuve de transparence dans mon travail, ce qui n’arrangeait pas tout le monde naturellement. Je suis arrivé dans un service où les gens étaient habitués à quelque chose mais que moi je ne pouvais pas laisser continuer pour en quelque sorte sauver mon honneur. J’ai été donc mêlé à une affaire de conflit d’intérêt où il fallait m’écarter pour gagner. C’est ainsi que j’ai été frappé par la maladie qui m’a amené à faire le tour des hôpitaux sans avoir satisfaction. La science aussi puissante qu’elle soit n’a pas pu trouver de solution à mon mal. Mais comme Dieu n’oublie jamais ses enfants, et que les vrais ont toujours un Dieu à leur secours j’ai pu m’en sortir vivant de cette bataille. Je rends grâce à Dieu car c’est lui qui m’a guéri. C’est cela qui m’a marqué négativement.

Un mot à l’endroit des jeunes qui veulent emboiter vos pas ?

A ces jeunes là, je conseillerais d’être humbles, respectueux et toujours à la quête du savoir. Aussi leur dire de ne pas minimiser nos clients, les producteurs. Moi je les appelle nos clients parce que sans eux, on ne peut pas vendre nos compétences. C’est des gens qui détiennent beaucoup de secrets car l’agriculture est un monde ou ils sont nés, où ils évoluent. Donc il y a des petits secret que la science elle même ne connait pas très bien. Donc il faut les prendre au sérieux, être à leur écoute et les considérer comme des partenaires. Vous gagnez d’eux, ils gagnent de vous et je crois que c’est le pays tout entier qui gagne.

Votre mot de la fin ?

Je vous remercie d’avoir porté votre choix sur moi pour le compte votre rubrique. J’ignore comment vous avez détecté que je suis retraité mais bon c’est comme ça. Je vous souhaite plein succès.

Propos recueillis et transcrits par Samira ZAKARI

Article Categories:
A la une · Expérience d'une vie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.