UTILISATION DES ENFANTS COMME MAIN D’ŒUVRE DANS LE COMMERCE : Un esclavage moderne des âmes innocentes

4 ans ago | Written by
6 623 vues
0 0

UTILISATION DES ENFANTS COMME MAIN D’ŒUVRE DANS LE COMMERCE
Un esclavage moderne des âmes innocentes

Certaines commerçantes ou vendeuses, pour des rendements dans leurs commerces, optent pour l’exploitation des enfants. Ces enfants à travers toute la ville se promènent avec des marchandises de toutes sortes sur la tête. Parfois sans manger ni boire, ils sont obligés de parcourir les maisons afin de vite liquider leurs marchandises. Leurs tutrices ou parents qui n’ont jamais pitié des enfants sont sans souci à leur égard et n’attendent que leurs argents.
Véronique TAKOU

“Tous à l’école”. Telle est la devise actuelle de l’Organisation des Nations Unies (Onu) pour que les enfants de tout sexe bénéficient d’une bonne instruction. Mais certains parents ne le comprenant pas, livrent les enfants à des activités de commercialisation des marchandises. Un tour dans les marchés et au bord des voies le constat est tel qu’on le décrit. Des plateaux sur la tête, des pochettes à la taille cherchant de la clientèle. C’est l’image qu’on voit chez les enfants vendeurs aux services de leurs mères ou tutrices à travers les villes.
Pour satisfaire celles-ci, les enfants sont parfois contraints de parcourir des kilomètres, sous le soleil pour vendre. Ils sont toujours à la recherche d’éventuels clients pour ne pas rentrer bredouille. Avec ces ‘’enfants marchands’’, l’on peut avoir tout ce qu’on désire pour ses emplettes sans se rendre au marché. On n’y trouve chez ces vendeurs ambulants de la tomate, de l’oignon, des épices, du spaghetti, du riz, du savons et bien d’autres articles de première nécessité. Ainsi, ces enfants livrés à la mauvaise volonté de ces femmes mettent le paquet pour liquider en un temps record leurs marchandises pour éviter la colère de leurs bourreaux.
Il est également à noter que le travail des enfants ne se limite pas seulement à ces petits commerces. On les retrouve aussi dans les bars, les maquis et les restaurants. Recrutés pour servir les clients pour divers services demandés, ils sont contraints de faire la volonté de leurs maîtresses au risque d’être punis. Malheur à ces enfants, s’ils encaissent en cas de perte ou de manquant, ces femmes sans scrupules ne manquent pas d’occasion pour en faire leurs proies oubliant ainsi les sacrifices auxquels étaient exposés ces enfants dans leurs rudes tâches.

Face au sort réservé à ces âmes innocentes, on croirait que les douleurs d’enfantement sont apparemment faciles à oublier chez certaines femmes vu qu’elles n’hésitent pas à faire des enfants d’autruis ce qu’elles n’oseront pas faire ou n’aimeraient pas qu’on fasse aux leurs.
Cependant, les enfants sont des êtres à chérir et garder avec soins quoi qu’ils soient nés d’une autre mère. Ils ont droit à l’éducation, à la vie pour assurer le bel avenir d’une autre génération. Ces femmes doivent faire l’effort de bien traiter ces enfants comme les leurs. Le cœur de la femme est beaucoup trop connu pour son amour. Les femmes sont des êtres aimables et sensibles. Mais parfois, certaines femmes de par leurs mauvais comportements face aux enfants d’autrui semblent ne pas appartenir à la race humaine.

Article Categories:
Société

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.