BENIN : «… la liberté de la presse a été mise à rude épreuve ces dernières années », déplore l’Upmb

1 an ago | Written by
3 289 vues
0 0

Le Bénin à l’instar de la communauté internationale, a commémoré le lundi 3 mai 2021, la 30ème édition de la journée mondiale de la liberté de la presse autour du thème : « L’information comme bien public ». A cette occasion, la présidente de l’Union des Professionnels des Médias du Bénin (Upmb) Zakiatou Latoundji a rendu public une déclaration. Dans son adresse, elle a fait l’état des lieux de la liberté de presse au Bénin tout en faisant des propositions pour changer la donne. Selon la présidente de l’Upmb, au Bénin, la liberté de la presse a été mise à rude épreuve ces dernières années à travers la restriction progressive et continue de la liberté d’expression. Voici l’intégralité de son message.

Wilfried AGNINNIN

 

MESSAGE DE L’UNION DES PROFESSIONNELS DES MEDIAS DU BENIN (UPMB) A L’OCCASION DE LA JOURNEE MONDIALE DE LA LIBERTE DE LA PRESSE, ÉDITION 2021
La communauté internationale célèbre ce jour, lundi 03 Mai 2021, la 30ème édition de la Journée mondiale de la liberté de la presse sur le thème : « L’information comme bien public ».
Née des entrailles de l’appel de journalistes africains qui, en 1991, ont proclamé la Déclaration de Windhoek sur le pluralisme et l’indépendance des médias, cette journée annuelle est une heureuse occasion de réflexion sur l’état de la liberté de la presse à travers le monde, de célébration des avancées en faveur des médias et de aussi bien des gouvernants que des citoyens sur l’importance de l’indépendance des médias dans l’édification d’Etats démocratiques mais aussi de souvenir et d’hommage à l’endroit des journalistes censurés, emprisonnés, assassinés ou décédés au travail.

Au Bénin, la liberté de la presse a été mise à rude épreuve ces dernières années à travers la restriction progressive et continue de la liberté d’expression, notamment par une application erronée de la loi portant Code du numérique avec pour corollaire une remise en cause de la dépénalisation des délits de presse qui se traduit par l’interpellation et l’emprisonnement de journalistes dans le cadre de leurs activités professionnelles, la suspension et/ou la fermeture d’organes de presse, etc. ; toutes choses qui semblent justifier la chute continue de notre pays – longtemps cité en exemple sur le continent – dans les différents classements internationaux relatifs à la liberté de la presse.

A titre illustratif, le classement mondial de la liberté de la presse édition 2021 de Reporters Sans Frontières (RSF) range ainsi le Bénin au 114ème rang sur 180 pays et territoires évalués, soit un recul d’une (01) place en comparaison à l’édition 2020 du même exercice.
Dans son message à cette occasion, le Secrétaire Général des Nations Unies, Antonio Guterres fait observer, à juste titre, que « Dans de trop nombreux pays, ces hommes et ces femmes, rien qu’en faisant leur travail, s’exposent personnellement à de grands risques – restrictions inédites, censure, mauvais traitements, harcèlement ou détention –, allant jusqu’à mettre leur vie en péril ».
Face à cette situation peu reluisante pour notre pays et prenant la mesure de sa mission d’œuvrer à la sauvegarde de la liberté d’expression au Bénin, l’Union des Professionnels des Médias du Bénin (UPMB) s’est évertuée, avec le soutien technique et financier de ses partenaires à sensibiliser et à former les acteurs des médias ainsi qu’à mener divers plaidoyers à l’endroit des gouvernants afin de rappeler l’importance d’œuvrer à une presse davantage professionnelle et surtout à garantir l’indépendance de la presse dans notre pays.

C’est le lieu pour l’UPMB d’adresser ses vives félicitations à tous les acteurs des médias et de les encourager à poursuivre, sans relâche, leurs efforts visant à faire de la presse, une pierre angulaire de la démocratie au Bénin.
De même et convaincue que l’information est un bien public., elle exhorte les pouvoirs publics (gouvernement, parlement, institutions de la République) et les partenaires au développement du Bénin à se joindre à elle pour défendre la liberté, l’indépendance et la diversité des médias et garantir à la presse béninoise un environnement favorable à son essor véritable à travers notamment le renforcement des capacités de ses acteurs, la mise en place de mesures de promotion et de protection de leurs droits et l’appui aux associations professionnelles.
Fait à Cotonou, le 02 Mai 2021
La Présidente,

Zakiatou O. LATOUNDJI

 

Article Categories:
Actualité · Nationale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.