CONFLITS ENTRE AGRICULTEURS ET ÉLEVEURS : Des bœufs empoisonnés à Ouèssè

3 ans ago | Written by
27 426 vues
0 0

 

L’atmosphère est depuis quelques jours tendue entre les éleveurs et les agriculteurs dans la commune de Ouèssè. Et pour cause, la mort brusque et en cascade des animaux notamment des bovins de la localité après consommation de certains produits tropicaux comme les noix de cajou, du soja. A cela s’ajoute, des peaux de manioc et de bananes. Selon les éleveurs qui ont vu leurs bêtes partir sans aucune favorable, la mort subite de ces animaux est dû à l’empoisonnement des aliments consommés au cours du pâturage.

Le secrétaire de l’Association pour la promotion de l’Elevage au Sahel et en Savane (Apess) l’un des éleveurs victimes a fait savoir au micro des confrères de la station de l’Office de Radiodiffusion et de Télévision du Bénin (Ortb) de Parakou que, 5 bêtes de son troupeau ont trouvé la mort dont un dans immédiat au cours du pâturage. Les quatre autres ont suivi dans la soirée de retour au campement.
A en croire le président de l’union communale des producteurs de manioc de Ouèssè Alphonse Tossou, le phénomène d’empoissonnement des bêtes par les agriculteurs est un phénomène récurrent dans la localité. « Ces gens d’empoisonnement sont répétés, ce n’est pas aujourd’hui que ça se passe. Nos paysans, souvent ils prennent les cossettes sauvages, et ajoutent un peu de produit toxique qu’ils mettent dans le couloir de passage des bœufs de leurs champs », a fait savoir le président de l’Ucpm au micro des confères de l’Ortb Parakou en confiant qu’une situation du genre était récemment d’actualité dans la commune. Il a fallu l’intervention de la police pour que les responsabilités soient situées.
Vu l’ampleur du phénomène, Alphonse Tossou a invité les différents acteurs concernés à intensifier les sensibilisations. L’homme a également appelé les autorités à accélérer les choses pour l’installation du couloir de passage des bœufs de la commune de Ouèssè.

Samira ZAKARI

Article Categories:
A la une · Au cœur des communes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru