EDITO : A quand la relève politique au Bénin ?

6 ans ago | Written by
12 750 vues
0 0

EDITO

A quand la relève politique au Bénin ?

Pendant plus de deux décennies, les têtes qui animent la vie politique au Bénin sont quasi inchangées. Depuis l’historique conférence des forces vives de la nation de février 1990, le terrain politique est pris d’assaut par des politiciens qui font presque tous les régimes politiques. Ainsi, la jeunesse est tout simplement reléguée au deuxième rang. Ils font recours à cette jeunesse uniquement lors des scrutins par l’entremise des lias de billets de banque dont les origines restent parfois douteuses. A l’hémicycle, ce sont les mêmes têtes qu’on y voit à chaque mandature sauf à quelques différences près. Cette situation laisse à croire que le Bénin ne dispose pas de jeunes capables de faire la politique indépendamment des vieux briscards qui ont jusque là fait leur preuve. Actuellement, sur l’échiquier politique national, rares sont les jeunes qui s’y aventurent sans se faire parrainer par ces anciens qui n’entendent pas céder la place à leurs enfants. Tout porte à croire que la retraite politique est une aberration au Bénin. Déjà que les élections législatives s’approchent à grands pas, on note la sortie de ces vieux politiciens qui ont fait la pluie et le beau temps au Bénin. Parmi ceux-ci, on remarque d’anciens parlementaires qui ont été recalés lors des élections législatives dernières, et qui manifestent vivement le désir de retrouver le chemin du palais des gouverneurs. Au même moment, ceux qui sont actuellement là, ne pensent pas laisser l’affaire. Et dans tout ce vacarme, on se demande où se trouve la place de la jeunesse. Les quelques audacieux qui font la différence, se lancent très tôt dans des guerres de personnes et une fois qu’on les recase quelque part, c’est le silence total.
Il est temps que cette tranche de la population, d’ailleurs la plus majoritaire, se réveille pour renverser la tendance au lieu de se laisser drainer par les mensonges de ces pépés qui ne pensent qu’à eux seuls.

Barnabas OROU-KOUMAN

Article Categories:
A la une · Editorial

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru