EXERCICE ILLÉGAL DE LA PROFESSION D’INFIRMIER DANS LE BORGOU : Une trentaine de cabinets fermés en un mois

2 ans ago | Written by
12 983 vues
0 0

Le gouvernement de la rupture à travers le ministère de la santé poursuit la lutte contre l’exercice illégal de la profession d’infirmier sur le territoire béninois. À cet effet, des autorités sanitaires, communales et policières effectuent des descentes inopinées dans les Centres de Santé (Cs). Dans le département du Borgou, cette opération porte déjà ses fruits. La commission chargée du contrôle des structures de prestations de soins médicaux en collaboration avec les autorités locales, la Direction Départementale de la Santé (Dds) et la police républicaine, ont déjà fermé une trentaine de cabinets de soins infirmiers illégaux dans ce département en l’espace d’environ un mois.

Dans les zones sanitaires de Parakou-N’Dali et de Tchaourou, sur 20 cabinets de soins visités, seulement deux sont en règle vis-à-vis des textes. Ainsi, huit cabinets sur les 18 illégaux ont été fermés parce que les promoteurs des 10 autres se sont empressés eux-mêmes de fermer leurs cabinets. L’information a été rendue publique le 3 décembre 2021, lors d’une conférence de presse animée par la commission à Parakou. De même, des dysfonctionnements ont été constatés dans des laboratoires d’analyses biomédicales au niveau des départements du Littoral et de l’Atlantique.

La dernière opération dans le département du Borgou, a été faite par la commission, la semaine écoulée. Ainsi, 17 cabinets de soins infirmiers illégaux ont été fermés dans les arrondissements de Sirarou et de Bori, commune de N’Dali. Certains responsables de ces cabinets ont même transformé leurs domiciles en Centre de Santé (Cs).

Il est reproché entre autres, aux promoteurs de ces cabinets, le non-respect des normes en matière de collecte, de stockage et de gestion des déchets biomédicaux, l’insalubrité due à l’utilisation des méthodes de traitement rudimentaire et l’approvisionnement illicite en produits pharmaceutiques. La plupart des responsables de ces cabinets illégaux sont déjà entre les mains de la justice.

L’opération se poursuit sur le terrain pour préserver la santé des populations.

Wilfried AGNINNIN

Article Categories:
A la une · Santé

Comments

  • L’objectif de l’information était de montrer que le gouvernement fait un travail ou plutôt d’informer les populations sur les cabinets non conformes? L’information aurait été utile si elle présentait la liste de ces cabinets. Ainsi les usagers seraient avertis.

    BIO 19 janvier 2022 11 h 15 min Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru