FAMILLES MONOPARENTALES AU BÉNIN : Les causes et conséquences d’un phénomène qui prend d’ampleur

4 semaines ago | Written by
195 vues
0 0

 

La monoparentalité, caractérisée par la présence d’un seul parent élevant un ou plusieurs enfants, est une réalité courante dans de nombreuses sociétés au Bénin. Ce phénomène qui prend de plus en plus d’ampleur a des répercussions non seulement sur la vie des enfants mais aussi sur les parents. Les causes de ce phénomène sont profondes et les familles en souffrent.

Christian OTCHO (Edt Cfoman-Daabaaru)

Le phénomène des familles monoparentales prend de plus en plus d’ampleur dans la société actuelle. Mais, il faut noter que plusieurs raisons expliquent ce phénomène qui constitue un frein au développement de la société.

Causes

Porter le pantalon et la jupe, n’est pas chose facile. Selon Florida Ahouandjinou, femme au foyer, la puberté et la naïveté d’une femme peuvent être une cause. «La puberté mal gérée, la naïveté fait qu’elle tombe enceinte d’un homme qu’elle prétend connaître. Celui-ci n’étant pas prêt, la laisse seule avec l’enfant. La mort du mari qui laisse plusieurs enfants à la charge de la femme qui s’en occupe seule, les filles qui s’accrochent aux hommes mariés qui jamais n’ont rien voulu d’autres que le sexe, les viols au sein des familles, ces vérités sont souvent gardées au sein des familles et certaines filles finissent par quitter la maison ou garder l’enfant seule. Les femmes qui se marient sous la pression sociale, autant de rasions», a-t-elle énuméré.
Alors que pour la mémé Madeleine Hounkanrin en leur temps, les choses ne sont pas ainsi, c’est la génération actuelle qui veut changer les choses en croyant que le monde a changé. «Faire de faux pas dans le mariage, c’est manque d’éducation qui conduit certaines filles à ce niveau. L’ignorance de soi-même et l’envie exagéré des biens matériels conduisent également certaines filles à se retrouver seule avec les enfants. Avant, ce n’était pas trop comme ça. A notre époque, même si ton mari est mort, il y a forcément quelqu’un qui peut te prendre comme femme dans la famille et prendre bien soin de toi. Mais aujourd’hui, à cause de l’égoïsme, le non-respect des personnes âgées personnes, ne veut plus te prendre comme femme», a-t-elle relaté.
Le non-refuse d’assumer sa responsabilité est la principale cause ainsi que le manque de patience de certains jeunes surtout les filles. Pour Abraham Djagle homme marié, «je peux dire qu’il y a beaucoup de facteurs. On peut citer l’irresponsabilité de certains parents, le harcèlement de certains sur les jeunes filles qui ne sont pas encore mûres surtout sur le plan du mariage, la pauvreté sur toutes ses formes qui obligent certaines filles à coucher avec les hommes qui sont déjà mariés et qui veulent tout juste un ‘’coup’’».
Selon, Belkisse Lankougbede femme au foyer, les causes sont énormes. Les disputes sporadiques des deux conjoints qui finissent par séparer le couple et laissent la charge à une personne. «Nous avons le décès de l’un des deux parents, la mésentente sur plusieurs plans ce qui entraîne le divorce. Donc, cela peut toucher l’éducation des enfants au sein de la famille», a-t-elle souligné. Si les deux familles n’acceptent pas le mariage souhaité par les amoureux, cela peut-être aussi une cause de séparation. Pour Sabine Gbedjizo femme mariée, «le non fondement de la relation entre les deux conjoints, manque de stabilité financière, mariage non accepté par les deux familles, la violence conjugale peuvent amener l’un ou l’autre à être le seul à prendre soin des enfants», a-t-elle évoqué.

Quelques conséquences

Les conséquences sont nombreuses et constituent un frein pour la société. A en croire Florida Ahouandjinou, «un enfant ayant grandi avec un seul parent à forcément un déséquilibre. Ceci peut être une force dans son évolution comme une contrainte. On remarque que certains enfants n’ont pas l’amour des deux parents, d’autre sont renfermés», dixit Florida Ahouandjinou. De son côté Sabine Gbedjizo, souligne que «l’éducation de l’enfant peut-être compromise et peut l’affecter à être violent». Mais Naomie Gnanadjo a fait savoir également que «les enfants peuvent être impactés par manque d’attention. Il serait difficile aux enfants de donner un bon rendement dans les études. Le stress, la frustration et l’instabilité émotionnelle peuvent être un vice quotidien pour la maman ou pour le père».
Selon Belkisse Langougbede, soit l’enfant devient un virus pour la société ou cet enfant, a de la peine à joindre les deux bouts. «C’est bien vrai que c’est la mère qui éduque plus les enfants mais quand le couple n’est pas au complet, c’est difficile de prendre soin seul de l’enfant surtout de son éducation. C’est la bonne éducation qui va permettre à cet enfant de mieux avoir l’esprit de discernement» a déclaré Belkisse.
Cependant, pour Abraham Djagle, les conséquences de ce phénomène sont parfois la délinquance, la prostitution, la mendicité, le banditisme le vol dans la société y compris dans les administrations publiques.

Des solutions

Quelques apports de solutions sont donnés pour corriger le tir. L’apprentissage d’humilité entre les couples et la prise de conscience dès le bas-âge des filles, en apprenant des erreurs des autres. «Être parent célibataire, c’est assez difficile et ceci demande beaucoup d’investissements financiers, de temps. Les aides financières et allocations, soutien psychologique, conseils, programme d’éducation à l’endroit des communautés peuvent constituer un apport adéquat pour alléger ce phénomène», propose Ahouandjinou Florida. Mémé Hounkanrin pense que «la seule solution est d’éduquer dès bas-âges les enfants avec la parole de Dieu. Et WhatsApp a encore gâté certaines personnes car pour eux le monde a changé, en oubliant que se sont eux qui cèdent la place aux mauvaises habitudes en laissant les bonnes. Que Dieu nous sauve de cette génération seulement».

Avec des solutions appropriées et un soutien adéquat, les défis de la monoparentalité peuvent être relevés, permettant ainsi aux parents et aux enfants de s’épanouir malgré les difficultés.

Article Categories:
A la une · Actualité · Société

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru