INCARCÉRÉS DEPUIS AVRIL 2021, Garya Saka les larmes aux yeux, écrit à Talon pour la libération des étudiants  .«Permettez à nos enfants,….de retrouver le chemin des amphithéâtres. Nous vous supplions», implore-t-elle 

9 mois ago | Written by
18 147 vues
0 0

Une dizaine d’étudiants béninois sont en prison depuis avril 2021. Il s’agit des étudiants détenus politiques arrêtés avant, pendant et après l’élection présidentielle de 2021 sans jugement. Pour plaider la libération de ces étudiants, Garya Saka du parti « Les Démocrates » et porte-parole des Mamans du Bénin a adressé une lettre ouverte au Président Patrice Talon le 10 Octobre 2023. «Permettez à nos enfants, relève de demain, de retrouver le chemin des amphithéâtres. Nous vous supplions», a-t-elle plaidé. Lire l’intégralité de sa lettre.

Wilfried AGNINNIN

Lettre ouverte à M. Patrice Talon, Président de la République du Bénin A/S, les étudiants gardés en prison.

Monsieur le Président,

En cette période de grande ferveur de nos écoles, collèges et centres universitaires, nous venons vous exprimer, nos reconnaissances pour les efforts inlassables abattus au quotidien par votre gouvernement en vue de l’amélioration du système éducatif béninois. Puisse cette nouvelle rentrée être plus productive que celle écoulée.

Monsieur le Président, depuis quelques années, il y a une petite tache noire au sujet de la situation d’un certain nombre d’apprenants, plus précisément certains étudiants. Oui, nous venons exprimer notre profonde préoccupation au sujet du maintien en détention de nos fils, jeunes frères, cousins, neveux et autres, tous des étudiants prisonniers d’opinion. Pendant que leurs camarades sont en train de reprendre le chemin des cours, ils sont une dizaine qui, si rien n’est fait pour hâter leur libération, perdront cette année, quatre ans de leur vie universitaire. « Chaque enfant qu’on enseigne, est un homme qu’on gagne » disons-nous en chœur avec Victor HUGO. Et lorsque subitement l’enfant se retrouve privé de tout enseignement, c’est un gâchis pour la société.

Pour le bien de la société béninoise, la quiétude des familles, nous vous prions de faire parler votre cœur de père, à leurs égards. Le temps, a sans doute fait son œuvre, prière les aider, à recouvrer leur liberté, mieux, à poursuivre leurs études.

Quatre ans d’études perdus, c’est un désastre difficile à corriger.

M. Le Président…

Nous savons que vous êtes très occupé et très préoccupé par des sujets qui vous tiennent à cœur, mais nous vous demandons de prendre une minute de votre précieux temps pour donner les directives qui s’imposent à votre ministre de la justice, pour finir avec cette situation préoccupante. Trop de larmes continuent de couler dans des familles, à l’idée qu’au lieu de poursuivre ses études, le fils est assis en prison. Et, le temps n’attend pas. Nos cœurs de mères, saignent. Nous venons vers vous parce que, vous seul, Monsieur le Président, détenez entre vos mains la clé de leur libération. Permettez à nos enfants, relève de demain, de retrouver le chemin des amphithéâtres. Nous vous supplions…..

Dans l’espoir d’une suite favorable à notre requête, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de notre très haute considération.

Cotonou, le 10 Octobre 2023

Garya SAKA,

Porte-parole des Mamans du Bénin

La liste des étudiants détenus politiques arrêtés avant, pendant et après les élections présidentielles passées de 2021 sans jugement

1- BIO BOUAY Ousmane (Parakou)

2- INOUSSA Abdoul Gafarou (Kouandé)

3- SAMBO Djamiou (Kouandé)

4- AMADOU Issiakou (Kouandé)

5- ZIBO Latifou (Malanville)

6- ABOU Malwane (Kouandé)

NB: Les années d’études perdues

L’année universitaire 2020-2021 ils n’ont pas pu finir la dernière session donc l’année est perdue d’office.

L’année universitaire 2021-2022 ils sont en détention donc perdue d’office

L’année universitaire 2022-2023 ils sont en détention donc perdue d’office.

L’année universitaire 2023-2024, vient de commencer et les inscriptions lancées. Ils y sont toujours.

En résumé, une quatrième année en cours d’être perdue encore

Article Categories:
A la une · Nationale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru