SOUTENANCE DE THÈSE À L’UNIVERSITÉ DE PARAKOU : Hyppolite Agossou désormais docteur en sciences agronomiques

1 an ago | Written by
32 028 vues
0 0

L’Ecole Doctorale des Sciences Agronomiques et de l’Eau (Edsae) de l’Université de Parakou (Up) a enregistré un nouveau docteur. Hippolyte Agossou puisque c’est de lui qu’il s’agit a obtenu son doctorat en écologie et conservation des ressources naturelles sur le thème « Conservation des oiseaux dans les agroecosystèmes par un compromis durable entre agriculture et biodiversité aviaire au Bénin ». C’était le vendredi 16 décembre 2022 à la salle des actes de la faculté de droit et de science politique de l’Université de Parakou.

Devant un jury bien aguerri composé de grands professeurs d’universités, le journaliste environnementaliste Hippolyte Agossou n’a pas tergiversé. Il a expliqué les raisons de ce choix de thème. « Ce sujet est né du fait que nous avons constaté une érosion de la biodiversité aviaire qui subsiste depuis une cinquantaine d’années notamment depuis l’après révolution verte. On s’est dit qu’il fallait faire des recherches pour trouver quelques solutions qui pourraient permettre de concilier les questions de productions agricoles et de conservation de la biodiversité », a-t-il expliqué. Par ailleurs, le nouveau docteur a, à travers les résultats de ses travaux de recherche, fait des propositions pour la rentabilité de la production agricole et la conservation de la biodiversité qui est l’un des problèmes au cœur des réflexions dans le monde. Il a pour finir, remercié toutes les personnes et surtout enseignants qui ont contribué à la réalisation de ce travail scientifique.

Le président du jury professeur Armand Natta, a félicité le candidat pour son travail original et innovant selon lui. « (…) Il a montré l’intérêt que les agriculteurs ont à conserver la diversité aviaire tout en continuant les activités agricoles. Il a terminé en faisant une discussion dans le contexte de la conservation de la biodiversité sur certains sites dans la vallée de l’Ouémé, au centre et au Nord-Bénin, dans la vallée du fleuve Niger pour que le monde agricole, forestier, technique puissent conserver les pas de végétation, de forêt en bordure des champs et dans les champs », s’est-il réjoui.

Samira ZAKARI

Source : Site web de l’Université de Parakou

Article Categories:
A la une · Éducation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru