SUPPOSÉE PRESSION DE LA FRANCE POUR LA LIBÉRATION DE RECKYA MADOUGOU : Le gouvernement béninois réagit

4 mois ago | Written by
15 202 vues
0 0

Pas question que le Bénin cède à la pression de la France pour la libération de l’opposante béninoise Reckya Madougou. Dans un entretien accordé à Rfi le 12 janvier 2022, le ministre français des affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a fait savoir que son pays entreprend des démarches auprès du gouvernement béninois pour la libération de l’ancienne ministre Reckya Madougou. Ainsi, le porte-parole du gouvernement béninois Wilfried Léandre Houngbédji est monté au créneau le 14 janvier 2022 pour donner une réponse claire à Emmanuel Macron et son gouvernement. À l’en croire, il n’est pas question que la France mette la pression sur le Bénin pour la libération de qui que ce soit. Au sujet des polémiques sur la supposée impartialité de la justice, Wilfried Léandre Houngbédji estime que la France n’est pas mieux placée pour juger le Bénin. « Depuis que l’ancien président français a été condamné par deux fois et que certains de ses soutiens ont même douté de l’impartialité de la justice, je n’ai pas noté que le Bénin ait fait pression sur la France pour demander l’allègement ou l’annulation des peines de monsieur Nicolas Sarkozy », a-t-il rappelé. Pour le Secrétaire Général Adjoint (Sga) du gouvernement, tout comme les proches et autres collaborateurs de la candidate recalée Reckya Madougou voient aussi en sa condamnation une violation des droits humains, les proches de Sarkozy évoquent aussi une impartialité du juge l’ayant condamné.

Faut-il le rappeler, l’opposante est condamnée à 20 ans de prison par la Cour de Répression des Infractions Economiques et du Terrorisme (Criet) pour financement de terrorisme.

Samira ZAKARI

Article Categories:
A la une · Nationale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.