TRAVAUX D’AMÉNAGEMENT DE LA ROUTE BÉROUBOUAY-KANDI-MALANVILLE : Promise par le gouvernement, que devient la construction en 2×2 voies dans les grandes agglomérations ? . Que cache la lenteur des entreprises Sogea-Satom et Soroubat au niveau de ces villes ? . Voici ce qui ressort de nos enquêtes

5 jours ago | Written by
31 559 vues
1 0

Le ministre d’État chargé du développement et de la coordination de l’action gouvernementale Abdoulaye Bio Tchané a procédé le 29 octobre 2021 au lancement officiel des travaux de réhabilitation du tronçon Béroubouay-Kandi-Malanville long de 169,4 Km. Cette action de modernisation de ce réseau routier par le gouvernement du Président Patrice Talon a été saluée par les populations des localités concernées à qui il a été promis la réalisation en 2×2 fois des traversées des villes de Gogounou, Kandi et Malanville. Mais après environ un an de travaux, les entreprises Sogéa Satom et Soroubat peinent à démarrer les travaux de la traversée de ces trois villes et la rumeur sur une non prise en compte des caractéristiques annoncées par le gouvernement devient insistante. Qu’en est-il exactement ? Votre quotidien s’est intéressé à ce dossier et voici les premiers résultats d’enquête.

En effet, au cours du lancement des travaux de réhabilitation de cette infrastructure routière, le ministre des infrastructures et des transports Hervé Hêhomey a présenté ses caractéristiques techniques, « En termes de structure de chaussée, il sera réalisé une couche de fondation de 25 cm en matériaux recyclés. Viendra ensuite une couche de base de 8 cm en grave bitume de classe 3. Sur tout ceci, il sera mis, un revêtement de 6 cm de béton bitumineux également de classe 3. Les grandes agglomérations telles que Kandi, Malanville et Gogounou, seront traitées en 2×2 voies ». Les travaux sont répartis en deux lots. Confié à l’entreprise Sogea-Satom, le premier concerne le tronçon Béroubouay-Kandi-Malanville jusqu’au pont sur la rivière Goufari, soit 148,6 Km. D’un coût de 34 004 676 564 F Cfa et financé par la Bid, il est prévu pour être exécuté en 36 mois. Quant au 2e lot, il part du pont sur la rivière Goufari jusqu’à Malanville avec une longueur de 20,800 Km. D’un montant de 9 014 256 091 F Cfa entièrement financé par le Fonds Opep, l’entreprise Soroubat a un délai de 18 mois pour l’exécuter.

La situation de départ 

Selon nos sources bien introduites, les caractéristiques de départ concernant les travaux de réhabilitation de la route Béroubouaye-Kandi-Malanville, ne prenaient pas en compte la réalisation en 2 fois 2 voies de la traversée des trois grandes agglomérations que sont Gogounou, Kandi et Malanville. C’est lors du lancement des travaux que ce besoin aurait été exprimé par les populations. Cependant, les deux bailleurs auraient clairement notifié leur incapacité à adapter le budget à la nouvelle donne. Ainsi, renseigne notre source, le gouvernement se serait à nouveau lancé dans la recherche de nouveaux partenaires pour la réalisation en double voies des traversées de Gogounou, Kandi et Malanville. Ce serait d’ailleurs cet imprévu qui expliquerait le fait que les entreprises Sogea Satom et Soroubat se soient abstenues jusque là d’entamer les travaux de la traversée de ces trois villes.

Une rumeur qui fait grogner les populations 

Tel un secret africain, la rumeur s’est répandue aux oreilles des populations qui, dans les coulisses, s’organisent pour faire obstruction à tous travaux de la traversée qui ne respecteraient pas la promesse faite lors du lancement des travaux par le ministre des infrastructures et des transports.

Une probable bonne nouvelle 

Dans son souci d’offrir le meilleur à ses populations, le gouvernement aurait réussi à dégoter un financement pour la réalisation des travaux de la traversée de Gogounou, Kandi et Malanville. Même si notre source nous a indiqué que l’information n’est pas encore officielle, elle semble être très imminente et nous a confié que l’annonce aux entreprises ne sauraient prendre du temps.

Si les populations ont raison de bouder face à la probabilité de la non réalisation de leur vœu, il est très important de saluer la bonne foi du gouvernement qui a voulu offrir le meilleur à ses populations. Le mieux à faire est de saluer la démarche et cette volonté clairement affichée et espérer la bonne nouvelle.

BOK

Article Categories:
A la une · Actualité · Au cœur des communes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *