TRAVAUX DE REHABILITATION DE LA ROUTE DASSA-SAVALOU-DJOUGOU : Ebomaf en plein dans la concrétisation du Pag

6 ans ago | Written by
20 161 vues
0 0

TRAVAUX DE REHABILITATION DE LA ROUTE DASSA-SAVALOU-DJOUGOU
Ebomaf en plein dans la concrétisation du Pag
. Les travaux sous de beaux auspices

Directeur des travaux Mohamed Arouna

Lancée le 04 août 2017 par le ministre des infrastructures et des transports, Hervé Hehomey, la réhabilitation de la route Dassa-Savalou-Djougou fait partie des projets phares du Programme d’Actions du Gouvernement (Pag). Longue de 255,732 km, cette route traverse les départements des collines et de la Donga. Elle dessert entre autres les localités de Savalou, Bantè, Bassila et Djougou. Ce projet prend également en compte le réaménagement de trois bretelles à savoir, Bassila-Manigri longue de 9,3 km, Prékété-Frontière Togo longue de 0,8 km et la bretelle Bassila-Frontière Togo longue de 4,7 km. Après quelques mois de travail, l’on peut noter une grande avancée dans l’exécution des travaux par la société titulaire Ebomaf.

Wahabou ISSIFOU

161.287.087.621 Fcfa Ttc. C’est le coût global d’exécution de ce grand projet de réhabilitation et de réaménagement financé par le gouvernement de son excellence Patrice Talon. En effet, dans le cadre de la mise en œuvre de sa stratégie de développement du réseau routier, le Gouvernement de la République du Bénin à travers le ministère des infrastructures et des transports, s’est proposé de réhabiliter la route Dassa-Savalou-Prékété-Djougou, d’aménager et de bitumer les bretelles Bassila-Manigri, Prékété-Frontière Togo et Bassila-Frontière Togo.
Ainsi selon le Directeur des travaux, Mohamed Arouna, quatre types d’aménagements sont à effectuer sur la route principale Dassa-Savalou-Djougou. Du Point Kilométrique (Pk) au Pk 31, il est prévu le recyclage de la couche de base existante sur une épaisseur de 20cm après avoir fait les compléments et l’amélioration au ciment pour en faire une couche de fondation. Sur cette dernière sera érigée une couche de base en grave bitume de 12 cm et une couche de roulement en béton bitumeux de 5cm. Sur cette section, les travaux de stabilisation sont déjà effectués. Il y a déjà un linéaire en demie chaussée d’environ 10 km qui s’apprête à recevoir la couche de base en grave bitume.
Sur la section Pk31-Pk51, l’ancienne couche de base a été recyclée et améliorée au ciment pour en faire une couche de forme. Sur celle-ci sera approvisionnée une couche de fondation en Grave Non Traitée (Gnt) de 20cm, ensuite la grave bitume de 12cm et le béton bitumineux en couche de roulement pour 5 cm. Dans cette section de route, la totalité a été traitée en couche de forme. Sur les 20km, sept (07) sont déjà réalisés en couche de fondation en Gnt. C’est également sur cette section que s’est réalisée la planche d’essaie de grave bitume.
La section du Pk 51 au Pk 131 présente la même structure que la section du Pk0-Pk31.Selon le Directeur des Travaux, il est prévu sur la quatrième section qui est située entre le Pk131 et Pk 255, un resurfaçage de la couche existante.
Il faut rappeler que les différentes interventions prévues sont consécutives à l’étude qui a été faite de la chaussée existante. Il y a des parties plus affectées que d’autres. Les études avaient révélé que cette partie était moins dégradée, donc il n’est pas prévu de réaliser un renforcement par stabilisation systématique comme dans les autres sections. Les travaux à ce niveau consistent à reboucher les trous sur l’ensemble et à ériger une nouvelle couche de grave bitume de 12cm et une couche de roulement de 5 cm ensuite.
Les bretelles
Au niveau des bretelles, le débroussaillage, le décapage du terrain naturel, le nettoyage de l’emprise et le décaissement des abords de la chaussée sont déjà effectués. Tous les travaux de terrassement sont pratiquement achevés. « Nous sommes sur les travaux de chaussée notamment la réalisation de la couche de fondation qui est pratiquement terminée sur la bretelle Bassila-Manigri. La couche de base est en cour de réalisation… », a-t-il indiqué.
Pour Mohamed Arouna, l’objectif est de finir rapidement avec les bretelles et après s’atteler sur la section principale afin de pourvoir respecter le délai prévu de 36 mois. « Actuellement, la dynamique dans laquelle nous sommes, nous amène à être optimiste du point de vue achèvement des travaux dans le délai prévu », a-t-il ajouté.
Sur les déviations
« Pour ce qui concerne l’entretien des déviations, c’est une tâche à laquelle nous nous attelons également tous les jours. Nous essayons du mieux que nous pouvons pour rendre plus facile ou beaucoup plus praticable les déviations que nous avons réalisé de façon à diminuer les impacts négatifs sur la population », dixit le directeur des travaux, Mohamed Arouna. « Nous sommes dans un environnement qui ne permet pas d’ériger des déviations facilement. La route nationale longe des propriétés, il est donc difficile de réaliser les déviations », a-t-il signalé.
Il a par la suite demandé l’appui des autorités locales pour leur faciliter l’approvisionnement en eau potable afin de faire évoluer les travaux. Il a pour finir, exhorté les populations au respect de la signalisation de façon à ne pas perturber les travaux et aussi préserver les vies humaines.
Quant à Hippolyte Lingani, coordonnateur général des travaux, la route est un bien d’utilité publique, pour cela toutes les populations doivent comprendre que ce qui se fait sur le terrain, « c’est pour leur simplifier la vie et les conditions de circulation ». « C’est vrai que les déviations sont pénibles, …la déviation ne peut pas être comme la route… c’est plus long, mais c’est toujours plus prudent de prendre ces déviations », a-t-il exhorté en précisant que Ebomaf est une entreprise qui est professionnelle, une entreprise qui connaît son travail, mais il faut de manière participative une collaboration avec la population pour que les objectifs fixés soient atteints.
Conscient que la route du développement, passe par le développement de la route, la société Ebomaf en tant mettre toute son expertise en place pour finir les travaux après les 36 mois prévus.

Article Categories:
A la une

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru