DEPARTEMENT DE L’ATACORA, Lydie Chabi Nah au contact des élus locaux et populations

5 ans ago | Written by
14 466 vues
0 0

DEPARTEMENT DE L’ATACORA,

Lydie Chabi Nah au contact des élus locaux et populations

La préfète du département de l’Atacora Lydie Déré Chabi Nah a démarré sa tournée statutaire le mercredi 14 novembre dernier. Accompagnée des membres de la Conférence Administrative Départementale (Cad), l’autorité préfectorale a placé cette tournée sous le thème « cohabitation pacifique entre éleveurs et agriculteurs ». Ainsi, elle aura à parcourir respectivement les communes de Matéri, Cobly, Tanguiéta, Toucountouna, Boukoumbé, Natitingou, Kouandé, Péhunco et Kérou.

Wahabou ISSIFOU

Conformément à l’article 151 de la loi n°97-029 du 15 Janvier 1999 portant organisation des communes en République du Bénin, la préfète du département de l’Atacora n’a pas voulu se dérober à la règle. C’est le maire de la commune de Matéri, Sorikoua Sambiéni et son conseil qui ont eu l’honneur en premier de l’accueillir.
L’autorité préfectorale a à l’entame demandé aux populations à promouvoir la cohabitation pacifique entre éleveurs et agriculteurs et surtout à l’instaurer dans leurs actions de développement à la base afin que les évènements malheureux constatés à Tchawansaga dans la commune de Tanguiéta et à Sampété dans la commune de Cobly ne se répètent plus.
Lydie Déré Chabi Nah a dans son mot, précisé que, « La communauté agricole généralement autochtone revendique son droit de premier occupant et recherche la sécurité de sa production. La communauté pastorale très souvent minoritaire et marginale se plaint d’être stigmatisée et rejetée. ». Par ces déclarations, elle a insisté sur la nécessité pour les communes de l’Atacora de repenser la matérialisation des couloirs de passage des animaux, le renforcement de la sécurité foncière et personnelle de toutes leurs communautés. « Nous sommes une communauté qui a choisi un destin commun que nous devons assumer. Prévenons ces conflits pour la paix sociale et la stabilité de notre économie », a-t-elle martelé.
Tout en saluant les efforts du maire Sorikoua Sambiéni et son conseil, l’autorité a exprimé toute sa satisfaction à leur endroit.

Etape de la commune de Cobly

Après la commune de Matéri, cap a été mis sur la commune de Cobly où la préfète a été reçue par le maire Théophile Nékoua et son conseil. A ce niveau, ce dernier a présenté l’état de sa commune en déplorant le manque d’enseignants dans les écoles de sa commune. Selon le maire, la commune ne dispose que de 212 enseignants seulement dont 3 stagiaires sur un nombre total de 433 classes autorisées soit un manque de 221 enseignants. Il a également déploré l’état éthylique de ces enseignants qui se caractérisent en éternels absents.
L’insécurité alimentaire, la persistance de la prolifération de l’alcool frelaté et bien d’autres problèmes ont été soulignés à l’autorité préfectorale par le maire Théophile Nékoua. L’impraticabilité des axes routiers Datori-Cobly-Tanguiéta et Matéri-Cobly-Boukombé, le manque d’un service des impôts, l’insuffisance de moyens roulants chez les forces de sécurité  surtout la police des frontières, le manque de matériel, de personnel et des infrastructures dans les centres de santé et le manque de personnel qualifié à la mairie sont également les maux qui minent le développement durable de la commune de Cobly a rappelé l’autorité communale.
Les populations quant à elles ont pris la voix du maire pour plaider à l’implantation d’une usine d’égrenage de coton dans la zone de la Pendjari.
La préfète Lydie Déré Chabi Nah a dans sa prise de parole rassuré les populations sur la prise en compte de leurs doléances. « Nous allons nous atteler, moi, mes services techniques et les responsables départementaux des différents ministères sectoriels pour résoudre ce qui peut être résolu au niveau départemental », a-t-elle indiqué en affirmant que compte sera rendu à qui de droit pour les autres doléances qui seront au-delà de ses compétences.

Article Categories:
A la une · Actualité · Décentralisation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru