NORD-BÉNIN : L’Upmb forme des femmes journalistes sur le harcèlement en milieu professionnel

11 mois ago | Written by
7 236 vues
0 0

La salle de conférence d’un hôtel de la ville de Parakou a abrité le jeudi 17 et vendredi 18 août 2023, un atelier d’échange sur le thème « mécanismes de détention, de dénonciation et de répression du harcèlement sexuel dans les médias au Bénin ». Organisée par l’Union des Professionnels des Médias du Bénin (Upmb) en collaboration avec l’Unesco, cette formation à l’endroit des femmes journalistes du Nord- Bénin a pour but de faire des médias des espaces d’épanouissement de la femme. Cet atelier de 48 heures s’est déroulé sous la supervision de Zakiath Latoundji, présidente de l’Upmb, du communicateur, Docteur Bob Liassidji Yaovi et des journalistes femmes du Nord Bénin.

Huguette LAWANI (Coll Ex)

Dans le cadre du projet « Médias sans harcèlement sexuel au Bénin », elles étaient plus d’une cinquantaine de femmes à etre outillées sur le harcèlement sexuel en milieu professionnel. À l’ouverture des travaux, Zakiath Latoundji, présidente de l’Upmb a remercié les participantes pour leur engagement et leur volonté manifeste à prendre part aux travaux.

A l’en croire, l’objectif de cet atelier est d’abord de permettre à ces femmes professionnelles des médias d’exercer pleinement leur métier dans un environnement apaisé, sécurisé sans avoir peur de dénoncer le harcèlement sexuel en particulier et toute autre violence en général. Également, il a pour but de faire des femmes bénéficiaires de cet atelier des points focaux dans les rédactions pour que l’information soit à la portée de tous.

Ce que s’est que le harcèlement

Après l’ouverture de la séance , le communicateur, docteur Bob Liassidji Yaovi a débuté avec les communications basées sur deux thématiques. Au cours de la première thématique qui n’est rien d’autre que « les mécanismes de détection et de dénonciation du harcèlement sexuel : cas des médias au Bénin », les participantes ont eu droit aux éléments qui constituent le harcèlement sexuel en milieu professionnel et les stratégies à adopter pour avoir des preuves. En se référant à la loi n° 2021-11 du 20 décembre 2021, constitue un harcèlement sexuel pour le communicateur, « le fait pour quelqu’un de donner des ordres, d’user de parole, de geste, d’écrits, de message, ce de façon répétée, de proférer des menaces, d’imposer des contraintes, d’exercer des pressions ou d’utiliser tout autre moyen aux fins d’obtenir d’une personne en situation de vulnérabilité ou de subordination des faveurs de nature sexuelle à son profit ou au profit d’un tiers». À en croire le propos de Bob Liassidji Yaovi, le harcèlement sexuel ne prend pas en compte le sexe et est à différencier d’une relation issue d’un accord mutuel.

Sanctions et canaux de dénonciation

Dans le second panel de discussion, abordant la thématique suivante qui est « la répression du harcèlement sexuel au Bénin : que disent les lois? », le communicateur a enseigné aux femmes journalistes, les sanctions pénales, les recours possibles et les mesures de protection de la victime et de tous ces proches en cas de harcèlement sexuel. Dans son intervention il a fait savoir qu’ en se référant à la même loi précitée, le harceleur peut écoper d’une « peine d’emprisonnement d’un à deux ans et d’une amende allant de cinq cent mille à dix millions de francs». Il n’a pas manqué de notifier qu’en République du Bénin (Rb), la victime bénéficie d’une aide juridique et est protégée dès sa déposition de plainte. Ceci étant, les juridictions comme le Centre de Promotion Social (Cps), l’Institut National de la Femme (Inf), le tribunal sont a leur portée en cas de harcèlement sexuel. Les femmes en général n’ont alors aucune raison de taire le harcèlement sexuel dans leur milieu professionnel.

Outre le développement de ces deux thématiques, des témoignages sous anonymat sur des cas de harcèlement sexuel dont elles ont été victimes et les travaux de groupe ont agrémenté cette communication. Occasion pour la présidente de l’Upmb d’annoncer au profit des hommes et femmes des médias victimes de violence basées sur le genre, la mise en place d’une cellule d’assistance juridique et psychologique.

Impressions des bénéficiaires

Au terme de cet atelier riche en connaissances, ces femmes des médias satisfaites des échanges ont promis mettre en application tous les enseignements reçus du communicateur . Ceci non seulement pour exercer pleinement leur métier mais aussi et surtout pour éradiquer le harcèlement sexuel dans les médias. Avant de laisser la place à la présidente de l’Upmb qui de son côté n’a eu que des mots de félicitations et de remerciements à l’endroit du partenaire et des femmes bénéficiaires de cet atelier, elles ont pour finir exprimé leur désir de voir des ateliers du genre se pérenniser. C’est un dîner en famille qui a mis fin à cette formation.

Article Categories:
A la une · Au cœur des communes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru