SELON L’OMS, L’alcool et la drogue tuent plus de trois millions d’âmes chaque année

2 semaines ago | Written by
3 401 vues
0 0

 

La consommation d’alcool et de stupéfiants fait plus de dommages que l’on pourrait imaginer. Dans un communiqué de presse publié le 25 juin 2024, l’Organisation Mondiale de la Santé (Oms) a fait savoir que plus de 3 millions de décès dans le monde sont dûs à la consommation d’alcool et de drogues chaque année. Les cas de morts sont enregistrés en majorité dans les régions européennes et africaines. «C’est dans les pays à faibles revenus que les taux de mortalité dus à la consommation d’alcool sont les plus élevés, par litre d’alcool consommé et dans les pays à revenus élevés, ils sont les plus bas», indique l’Oms. Par ailleurs, le plus grand taux de mortalité est enregistré dans le rang des hommes.

Selon le rapport de la situation mondiale de l’Oms sur l’alcool, la santé et le traitement des troubles liés à l’usage de substances qui s’est basé sur des données de 2019, «environ 400 millions de personnes dans le monde présentaient alors des troubles liés à la consommation d’alcool et de drogues. Parmi elles, 209 millions de personnes étaient alcoolodépendantes», précise le communiqué de l’Oms. Des chiffres nettement en hausse comparés à 2019 où 2,6 millions de décès étaient signalés.

Au regard de ce tableau funeste, le directeur de l’Oms Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus a alerté sur le danger que constitue l’usage des substances psychotropes. À l’en croire, la consommation de ces produits «accroît le risque de maladies chroniques et de problèmes de santé mentale et entraîne chaque année des millions de décès évitables, ce qui est une tragédie. Cette consommation fait peser un lourd fardeau sur les familles et les communautés en augmentant l’exposition aux accidents, aux traumatismes et à la violence».

Pour une société plus saine, le premier responsable de l’Oms pense qu’il faut s’ «engager à prendre des mesures audacieuses qui réduisent les effets négatifs de la consommation d’alcool sur la santé et la société et rendent accessibles et financièrement abordable le traitement des troubles liés à la consommation de substances».

Samira ZAKARI

Article Categories:
A la une · Actualité · Internationale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daabaaru